Genève, Bibliothèque de Genève, Ms. fr. 57
Creative Commons License

Notice de Paule Hochuli Dubuis, Bibliothèque de Genève, pour e-codices 2015.

Handschriftentitel:
  • I : Légende des saints [ou] Légende dorée [Legenda sanctorum alias Lombardica hystoria, plus connue sous le nom de Legenda aurea] de Jacques de Voragine (Giacome da Varazze), archevêque de Gênes († 1298)
    Celle-ci fut traduite du latin par Jean de Vignay vers 1333-1334. Né entre 1282 et 1285, religieux hospitalier à Paris, actif entre 1326 et 1350, Jean de Vignay se consacra essentiellement à traduire des textes pour Jeanne de Bourgogne, épouse de Philippe VI de Valois.
  • II : Fêtes nouvelles [suivies] Du Saint Voult de Lucques
    Le texte des Fêtes nouvelles a été composé par Jean Golein, frère de l’ordre des Carmes, docteur en théologie (ca. 1325-1403), né vers 1325 à Bacqueville, en Normandie. Il est toujours placé à la suite de la version française de la Légende dorée par Jean de Vignay. L’auteur s’inspire du Speculum historiale de Vincent de Beauvais. Dans certains manuscrits, on trouve à la suite des Fêtes nouvelles le texte Du Saint Voult de Lucques, que l’on attribue ainsi également à Jean Golein, dont la source est une légende latine due à un certain "Leboinus diaconus", qui comprend le récit de l'invention, de la révélation, de la translation et des miracles du Saint Voult de Lucques.
Entstehungsort: Maître du Policratique (voir Décoration)
Entstehungszeit: vers 1402 (voir Avril, p. 271)
Beschreibstoff: parchemin
Umfang: (I-III) gardes antérieures + 491 f. + (IV-VI) gardes postérieures
Format: 365 x 265 mm
Seitennummerierung:
  • Foliotation à l’encre rouge, en chiffres romains, de I à CCCC IIIIXXVII
    Le scribe s’est trompé à trois reprises dans la foliotation. Le folio LVII (f. 59) est suivi du folio LIX (f. 60), lui-même suivi du folio LVIII (f. 61). Le texte est continu. Idem, le folio LXI (f. 63) est suivi du folio LXIII (f. 64), lui-même suivi du folio LXII (f. 65). Une main a corrigé la foliotation au crayon gris. Enfin, on passe du folio CCI au folio CCIII (f. 204-205), suivi de deux feuillets foliotés CCIIII (f. 206-207)
  • Foliotation moderne, au crayon gris, par différentes mains
Lagenstruktur:
Zustand: bon
Seiteneinrichtung: cadre de justification : 220 x 155 mm ; 2 colonnes (220 x 70 mm/colonne) - 34 lignes par page (31 lignes pour les folios 3-8v) - réglure à l’encre brune
Schrift und Hände: littera gothica textualis
Buchschmuck: Les peintures de la Légende dorée sont principalement attribuées au « Maître du Policratique », nom de convention donné à cet artiste d’après un manuscrit du Policraticus de Jean de Salisbury enluminé pour le roi Charles V (Paris, BnF, Ms Français 24287), et à un second artiste demeuré anonyme
  • Miniature frontispice et 93 miniatures de la largeur d’une colonne
    Liste des miniatures:
  • Initiales fleuries se développant en longues antennes formées de feuilles de vigne dorées ou peintes en rouge ou bleu
  • lettres fourrées
  • signes de paragraphe enluminés
  • titres courants en bleu
  • foliotation en chiffres romains en rouge
Spätere Ergänzungen: sur le contreplat inférieur :
étiquette imprimée : Bibliothèque de Genève-Mss Inventaire 222
à l’encre Ms fr. 57
au crayon gris Inv. 222, ouvert au f. 3 février 1940
Einband: XVIIe siècle; plats en veau brun, frappés à l’or des armoiries et de la devise d'Alexandre Petau Non est mortale quod opto ; sur le dos, entre les nerfs, monogramme et armes d’Alexandre Petau (AP) et inscription Légende dorée M.S., en lettres dorées sur cuir rouge
Inhaltsangabe:
La Légende dorée est un recueil de textes courts, destinés aux chrétiens, qui mêle les fêtes du temporal et du sanctoral célébrées au cours de l’année en suivant l’ordre du calendrier liturgique.
  • F. 1-395v Légende dorée
    • (F. 1-2) (foliotés A, B) : Le prologue et le début de la table manquent. La table débute avec la vie de saint Georges correspondant au folio 122.
    • (F. 3-3v) Incipit : L’avenement Nostre-Seigneur est fait par .IIII. sepmaines, a senefier que ilz sont .IIII. avenemens : en char, en mort, en pensee et au jugement. Et la derreine sepmaine est a paine fenie pour ce que la gloire des sains, qui leur sera donnee ou derrenier avenement, ne faudra ja. Et pour ce, le premier respons du premier dymenche de l’advent a conter le Gloria Patri contient .IIII. verses a fin de segnefier les devant dis .IIII. advenemens. Et ja soit ce que il soit .IIII. advenemens, toutefois especialment l’Eglise ne fait memoire fors de .II. , c’est assavoir de celui en char et au jugement, si comme il est en l’office de celi temps. Et pour ce est-il que la jeune de l’advent est partie de joie et partie de pleur, car, pour l’advenement en char, la jeune est dite de joie et pour la raison de la venue au jugement, la jeune est dite de pleur. F. 395v Explicit : Et cilz qui aura ces choses en soy sera temple de Dieu à l’onneur de Dieu. Et sera plainement digne que Dieu habite en li par grace, si que il puisse habiter en Dieu par gloire. Laquelle chose cilz nous veulle donner qui vit et regne par tous les siecles des siecles. Amen. Cy fenist la vie des sains.
  • F. 396-490 Fêtes Nouvelles [suivies] Du Saint Voult de Lucques
    • (F. 396) Incipit : Saint Eloy fu nez ou territoire de la cité de Lymoges. Son pere avoit a nom Eucherie et sa mere Terrigia. Ou temps que sa mere estoit enceinte de lui, elle vit en son dormant un aigle voler dessus son lit par .III. fois, s’enclina et lui promettoit aucune chose. Elle s’esveilla a la voix de l’aigle et fu moult esbahie et commença a penser de son songe quelle chose ce pourroit estre. F. 490 Explicit : Et de ce que advint devant plusieurs gens, nous faisons tesmoingnage de verité a vous tous et le commandons a Dieu. Datum.
    • (F. 491) feuillet blanc
Entstehung der Handschrift:
  • Jacques de Voragines a écrit la Legenda aurea vers 1261-1266
  • La Legenda aurea est l’un des textes les plus répandus au Moyen Age et cela dans toutes les langues de l’Occident. Parmi les onze traductions françaises indépendantes, dont deux abrégées, la plus copiée est celle de Jean de Vignay avec plus d’une trentaine de copies connues (voir Dunn-Lardeau, 1997, p. 10 et la base Jonas de l’IRHT http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/1707 consultée le 22 novembre 2014)
  • Les Fêtes nouvelles apparaissent à la fin des manuscrits de la Légende dorée au début du XVe siècle. Un certain nombre de manuscrits présentent également à la suite des Fêtes nouvelles le texte Du Saint Voult de Lucques (voir la base Jonas de l’IRHT, http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/3104 / http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/3154, consultée le 22 novembre 2014)
Provenienz der Handschrift:
  • Blason d’Aymar de Poitiers, grand-père de Diane, d’azur à six besants d’argent, trois, deux, un, au chef d’or (F. 3)
  • Collection Petau (n°174)
  • Ami Lullin (1720)
Erwerb der Handschrift: Bibliothèque de Genève (1756). Legs Ami Lullin
Edition
  • Richard Hamer, Vida Russel, «A critical edition of four chapters from the Légende dorée» in Medieval Studies 51 (1989), p. 130-204
  • Jacques de Voragine, La légende dorée, trad. de J.-B. M. Roze, Paris, 1902, réédition avec des corrections et une introduction par Hervé Savon, Paris, 1967, 2 vol.
  • Jacques de Voragine, La légende dorée, Edition critique, dans la révision de 1476 par Jean Batallier, d’après la traduction de Jean de Vignay (1333-1348) de la Legenda aurea (c. 1261-1266) publié par Brenda Dunn-Lardeau, Paris, 1997
  • Jacques de Voragine, La légende dorée, traduit du latin par Teodor de Wyzewa, Edition du Seuil, Coll. Points, 1998
  • Jacques de Voragine, La légende dorée, texte traduit par Alain Boureau, Pascal Collomb, Monique Goullet, Laurence Moulinier et Stefano Mula, Ed. Gallimard, 2004
Bibliographie
  • Alain Boureau, La légende dorée : le système narratif de Jacques de Voragine († 1298), Paris, 1984
  • Olivier Collet, Sylviane Messerli, Vies médiévales de Marie-Madeleine, Textes vernaculaires du Moyen Âge, Brepols, 2008
  • Legenda aurea. Sept siècles de diffusion. Texte latin et branches vernaculaires. Actes du colloque international, sous la dir. de Brenda Dunn-Lardeau, Montréal, 1986
  • Richard Hamer, « Jean Golein’s Festes nouvelles : A Caxton Source », Medium Aevum, 55 (1986), p. 254-260
  • Christine Knowles et Sylvie Lefèvre, « Jean de Vignay » dans Dictionnaire des Lettres françaises. Le Moyen Age, La Pochothèque, Fayard, 1992, p. 858-860
  • Sylvie Lefèvre, « Jean Golein » dans Dictionnaire des Lettres françaises. Le Moyen Age, La Pochothèque, Fayard, 1992, p. 787-788
  • Hilary Maddocks, « Pixctures for Aristocrats : The Manuscripts of the Légende dorée » in Medieval Texte and Images : Studies of Manuscripts from the Middle Ages, edited by Margaret M. Manion and Bernard J. Muir, New-York, 1991
  • Piotr Tylus, Légendes dominicaines dans la littérature française du Moyen Age : tradition manuscrite, transformations, diffusion, accueil, Krakow, 2007
Bibliographie générale
  • Hippolyte Aubert, Notices sur les manuscrits Petau, Paris, 1911, p. 65-69
  • François Avril, «Le parcours exemplaire d’un enlumineur parisien à la fin du XIVe siècle. La carrière et l’oeuvre du Maître du Policratique de Charles V» dans De la sainteté à l’hagiographie; genèse et usage de la « Légende dorée ». Etudes réunies par Barbara Fleith et Franco Morenzoni, Genève, 2001, p. 265-282
  • Barbara Fleith, Isabelle Engammare et al., La Légende dorée de Jacques de Voragine: le livre qui fascinait le Moyen Age, Genève, Bibliothèque publique et universitaire, 1998 (publié à l’occasion de l’exposition organisée à la Salle Ami Lullin, 8 décembre 1998-10 avril 1999)
  • Bernard Gagnebin, L’enluminure de Charlemagne à François Ier, Genève, 1976, p. 78-79
  • Anne D. Hedeman, Elisabeth Morrison, Imagining the Past in France. History in Manuscript Painting 1250-1500. The J. Paul Getty-Museum, Los Angeles 2010, p. 187-189
  • Jean Senebier, Catalogue raisonné des manuscrits, Genève, 1779, p. 318-320
  • Scriptorium, t. XLII, 1988, B 222