Genève, Bibliothèque de Genève, Ms. fr. 160
Creative Commons License

Notice de Paule Hochuli Dubuis, Bibliothèque de Genève, pour e-codices, 2014

Handschriftentitel: le Trésor de Brunetto Latini (c. 1220-1294), écrivain italien, notaire et chancelier de Florence
Entstehungsort: atelier de Rouen (voir Décoration)
Entstehungszeit: ca. 1450-1480
Beschreibstoff: parchemin; coutures au F. 34; trous aux F. 4, 99 et 138; déchirure aux F. 68
Umfang: (I-III) gardes antérieures + 200 f. + (IV-VI) gardes postérieures
Format: 390 x 290 mm. Un feuillet a été découpé entre les folios 6 et 7, un autre entre les folios 105 et 106, tous deux correspondant aux frontispices des livres I et III. Ces feuillets sont déjà signalés manquants dans l’édition du Trésor par Chabaille en 1863 (voir Chabaille, p. XXVII-XXVIII).
Seitennummerierung: foliotation moderne au crayon gris, de 1 à 10, puis de 5 en 5, avec une erreur de foliotation entre les folios 145 et 150 (on passe du f. 148 au f. 150), complétée par une seconde foliotation récente, notée en continu et utilisée dans cette notice
Lagenstruktur:
Zustand: bon. Quelques feuillets sont légèrement pliés au début du volume
Seiteneinrichtung: cadre de justification: 240 x 175/177 mm - 2 colonnes (240 x 78 mm par colonne) - 40 lignes par colonne - réglure à l’encre rose - bouts de ligne
Schrift und Hände:
  • écriture bâtarde
  • encre noire
  • glose au F. 41. Tableau sur la théorie des humeurs
Buchschmuck: Ce manuscrit a été enluminé dans un atelier de Rouen. François Avril et Nicole Reynaud nomment l’artiste qui a peint ce manuscrit le « Maître de l’échevinage de Rouen », connu aussi sous le nom de convention « Master of the Geneva Latini » d’après l’exemplaire du Trésor conservé à la Bibliothèque de Genève. Cet artiste fut actif dans la seconde moitié du XVe siècle, et plus précisément dans les années 1460-1480.
  • 2 frontispices. A l'origine, ce manuscrit contenait quatre peintures en pleine page au début de chaque livre mais les frontispices du livre I et du livre III ont disparu.
    F. 82 : peinture représentant les vertus cardinales, divisée en deux compartiments superposés. Dans la partie inférieure, représentation d’un marché urbain avec ses échoppes, avec, au premier plan, Force exhibant un diamant et Justice, le glaive dans une main et une émeraude dans l’autre. Dans la partie supérieure, trois scènes séparées par un décor architectural avec, au centre, dame Philosophie qui remet une cassette de bijoux à Logique et Pratique assises en contrebas ; à gauche, Prudence tenant dans sa main un rubis et à droite, Attrempance (Tempérance) qui montre un saphir
    F. 150 : séance de Conseil ou de Parlement
  • entre les F. 63 et 80v, bestiaire (petites vignettes dans les marges de la taille d’un timbre poste (Voir Roux, 2009, p. 230-235)
  • « Chaque livre dans la table des matières est annoncé par une bande marginale spécifique, ornée de pierres précieuses, d’or ou d’argent. Le frontispice correspondant présente la même marge ornée » (Voir Roux, 2004, vol. 2 sous la notice « Genève, BPU, FR. 160-A2)
  • lettres fourrées
  • rinceaux
  • lettres champiées
  • bordures de rinceaux
  • bouts de lignes enluminés
  • rubriques
Spätere Ergänzungen:
  • sur le contreplat supérieur, ex-libris imprimé d’Alexandre Petau
  • sur la garde antérieure (I), note manuscrite : Encyclopédie des sciences et, en dessous, N 160
  • fragments de feuille de papier qui protégeaient les frontispices des livres I et III (f. 82 et 150)
  • 3 étiquettes imprimées sur le contreplat inférieur, la première à rabat, la seconde collée et la troisième glissée dans une pochette avec des informations sur le titre du manuscrit, l’auteur, la date de copie, la date d’acquisition et le numéro d’inventaire
Einband: basane, XVIIe siècle, aux armes et devise d'Alexandre Petau. Nervures sur le dos avec initiales dorées et armes d'Alexandre Petau.
Inhaltsangabe:
Le Trésor est une encyclopédie en prose en 3 livres. Le premier livre traite de la théologie, des mathématiques et de la physique, soit « de la naissance de toutes choses ». Le second livre est composé de deux parties : la première est une traduction partielle, avec commentaires, de l’Ethique à Nicomaque d’Aristote ; la seconde est consacrée aux vices et vertus. Le troisième livre est un traité de sciences politiques. Il est composé de 2 parties, la rhétorique et la science politique.
L’exemplaire de Genève est divisé en 4 livres. Le premier livre est consacré à « la naissance de toutes choses », c’est-à-dire à la théologie, l’histoire sacrée et profane, les sciences naturelles ; le second livre à Aristote et à l’éthique ; le troisième livre aux vices et aux vertus. Celui-ci correspond à la deuxième partie du second livre du Trésor divisé en 3 livres. Le quatrième et dernier livre est consacré à la rhétorique et à l’art de gouverner.
  • F. 1-6 : table des matières des 4 livres
  • F. 6v-81. 1er livre
    • (F. 6v.) Rubrique : >Cy parle de la naissance de toutes choses. Chappitre premier< Le frontispice du 1er livre et l’incipit manquent (voir structure des cahiers). Le texte débute au milieu d’une phrase, à la fin du premier chapitre.
    • (F. 7 :) […] loix que commencement est la greigneure partie de la chose. Et se aucuns demandoient pourquoy ce livre est escript en langue françoise, selon le langaige de France, puisque nous sommes ytaliens […]
    • (F. 81.) Explicit: […] car il veult tourner aux autres deux sciences, c’est a pratique et a logique, pour amasser la seconde partie de son tresor qui doit estre de pierres precieuses. Cy fine le premier livre du tresor
  • F. 81v-105v. 2e livre
    • (F. 81v.) Rubrique : >Cy commence le second livre du tresor. Chappitre IXXX XV<
    • (F 82.) Incipit : Quant le maistre ot fine la premiere partie de son livre et qu’il ot mis en escript de theorique ce qui appartient a son proposement […]
    • (F. 105v.) Explicit : […] et c’est ce qui est l’achoison de male vie dedens la cité et de la bonne aussi et pourquoy la loy est semblable a coustumes. Fin du second livre
  • F. 105v-148. 3e livre
    • (F. 105v.) Rubrique : >Cy aprez commence le tiers livre qui parle des vices et vertus. XIIXX IIII<
    • Le frontispice du 3ème livre et l’incipit manquent. Le texte débute au milieu d’une phrase, à la fin du chapitre 245 :
      F. 106 : […] doit pas estre compté pour chaste, tout ainsi ne parvient a beatitude de par œuvres de vertus qui les fait oultre son gré. Aussi cil qui ensuit sa voulenté sans frain de raison, il a loy de bestes sans vertus
    • (F. 148.) Explicit : […] car il veult commencer de la quarte partie de son livre pour enseigner la science de bien parler, c’est rettorique selon ce qu’il dit en son prologue devant au commencement
  • F. 148v-200. 4e livre
    • (F. 148v :) Rubrique : >Cy aprez commence le quart livre qui parle de rettorique. Chappittre IIIC XXII<
    • (F. 150.) Incipit : Aprez ce que maistre Brunet Latin ot acompli la tierce partie de son livre et qu’il ot demonstré assez suffisaument que homme doit estre en moralité […]
    • (F. 200.) Explicit : Lors se a Dieu plaist, tu seras absoulz honnorablement et prendras conseil et congié du commun de la ville et t’en iras a gloire et honneur. Fin
Entstehung der Handschrift:
  • Exilé en France entre 1260 et 1266 suite à la défaite des Guelfes florentins, Brunetto Latini y composa trois ouvrages dont le Trésor. Cette oeuvre nous est parvenue dans deux rédactions : la première, antérieure à 1266, fut entièrement composée en France ; la seconde, postérieure, correspond au retour de Bunetto à Florence qui aurait lui-même ajouté, selon Carmody, des chapitres historiques sur Frédéric II et Manfred. « Avant que cette deuxième rédaction eût été livrée aux copistes, deux passages d’histoire naturelle, environ 4 feuillets du manuscrit original, avaient disparu, de sorte qu’aucun manuscrit primitif du Trésor ne contient tous les chapitres connus. Plus tard, au XIVe siècle, les scribes reconnurent les lacunes d’histoire ou d’histoire naturelle, qu’ils comblèrent dans un certain nombre de cas en utilisant un manuscrit de chaque édition» (Carmody, Slatkine reprints, 1998, p. XXII).
  • La position de Carmody est rejetée par Dawn Prince et Spurgeon Baldwin qui soutiennent qu’un manuscrit conservé à L’Escorial (Escorial, B. Monasterio, L-II-3), daté de 1270-1300, appartenant à la deuxième rédaction, comprend les passages relatifs à l’histoire naturelle. Ce manuscrit sert de base à l’édition de Baldwin (voir Roux, 2009, p. 54).
  • Dans l’édition de 2007 dirigée par Pietro Beltrami, celui-ci avance que la prétendue deuxième rédaction du Trésor n’est vraisemblablement pas l'oeuvre de Brunetto Latini. Il s’agirait en fait d’une version réécrite et amplifiée de la dernière partie historique du livre I dont le style s’éloigne de celui de Brunetto Latini (voir Beltrami, p. XXIII et Roux, 2009, p. 54).
  • Le Ms. fr. 160 de la Bibliothèque de Genève, daté de la seconde partie du XVe siècle, présente une rédaction qui intègre les chapitres perdus ainsi que les nouveaux chapitres historiques qui ne sont pas rubriqués. Il est classé A2 dans la liste des manuscrits du Trésor établie par les divers éditeurs.
  • Le Trésor connut un immense succès. Beltrami recense 90 occurrences du texte de Brunetto Latini, complet ou fragmentaire. Il fut traduit dans d’autres langues vernaculaires telles que l’italien, le castillan et le catalan (Voir Beltrami, p. XLVII-L)
  • Les premières éditions furent imprimées à Lyon en 1491 et à Paris en 1539.
Provenienz der Handschrift:
  • Collection Petau (n° 213)
  • Ami Lullin (1720)
Erwerb der Handschrift: Bibliothèque de Genève (1756). Legs Ami Lullin
Edition moderne
  • Brunetto Latini. Li livres dou Tresor, publié par Polycarpe Chabaille, dans Collection des documents inédits, 1re série, Histoire littéraire, Paris, 1863
  • Brunetto Latini. Li Livres dou Tresor, édition critique par Francis J. Carmody, Berkeley-Los Angeles, 1948 (Slatkine Reprints, Genève, 1998)
  • Brunetto Latini. Li livres dou Tresor ed. par Spurgeon Baldwin et Paul Barrette, in Medieval and Renaissance Texts and Studies, vol. 257, Tempe, Arizona Center for Renaissance and Medieval Studies, 2003
  • Brunetto Latini. Tresor. A cura di Pietro Beltrami, Paolo Squillacioti, Plinio Torri et Sergio Vatteroni, Turin, Einaudi, 2007
  • Brunetto Latini. Le livre du Trésor. Livre I. Traduction en français moderne, introduction, notes par Bernard Ribémont et Silvère Menegaldo, Paris, 2013
Bibliographie
  • Irène Maffia Scariati. « Dal « Tresor » al « Tesoretto ». saggi su Brunetto Latini e i suoi fiancheggiatori, Rome, 2010
  • Françoise Vielliard. « La tradition manuscrite du Livre dou Tresor de Brunet Latin. Mise au point » in Romania, CXI, 1990, p. 141-152
Bibliographie générale
  • François Avril et Nicole Reynaud. Les manuscrits à peinture en France 1440-1520, Bibliothèque nationale, Paris, 1995, pp. 168-173
  • Hippolyte Aubert, Notices sur les manuscrits Petau, Paris, 1911, p. 117-119
  • Bernard Gagnebin, L'enluminure de Charlemagne à François Ier, Genève, 1976, p. 115-116
  • C. Rabel. « Artiste et clientèle à la fin du Moyen Age : les manuscrits profanes du Maître de l’Echevinage de Rouen » dans Revue de l’art, 84, 1989, pp. 48-60
  • Brigitte Roux, L'Iconographie du livre du Trésor de Brunetto Latini, thèse de doctorat de la Faculté des lettres de l'Université de Genève, 2004, 3 vol, vol. 2 (voir sous Genève, BPU, FR. 160)
  • Brigitte Roux. « La tour du trésor : clés d’accès » dans Le trésor au Moyen Âge. Discours, pratiques et objets, Florence, 2010
  • Brigitte Roux. Mondes en miniatures. L’iconographie du Livre du Trésor de Brunetto Latini. Coll. Matériaux pour l’Histoire publiés par l’Ecole des chartes n° 8, Genève, Droz, 2009, 230-237, 248-249, 270
  • Scriptorium, t. 25, 1971, B 48; t. 61, 2007, B 393; t. 64, 2010, B 40 et B 230
  • Jean Senebier. Catalogue raisonné des manuscrits, Genève, 1779, p. 398-402
  • Die Burgunderbeute und Werke burgundischer Hofkunst, Bernisches Historisches Museum, 18 mai-20 september 1969, p. 343