Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 96-2
Creative Commons License

Vielliard Françoise, Manuscrits Français du Moyen Âge, Cologny-Genève, 1975, pp. 61-66.

Manuscript title: Guiron le courtois
Date of origin: Début du XVe siècle (1410-1430).
Support: Parchemin. Deux feuillets de garde en papier, au début et à la fin de chaque volume.
Extent: II + 286 + II feuillets.
Format: 350 x 250 mm.
Foliation: Foliotation récente au crayon. Les feuillets t. I, 107v° ; t. II, 262v ° et 286v ° sont blancs.
Collation: Quaternions réguliers à réclames.
Page layout: Justification: 250 x 180 mm. Texte sur deux colonnes; 50 lignes par colonne. Réglure à l'encre.
Writing and hands: Ecriture gothique. Une seule main.
Decoration:
  • Titres, pieds de mouches et fins de lignes rubriqués.
  • Petites initiales (2 lignes) alternativement rouges et bleues; initiales (3 lignes) d'or dans un encadrement rouge et bleu à filets blancs: grandes initiales (4 et 6 lignes) bleues ou rouges rehaussées de blanc sur fond d'or avec des entrelacs des deux couleurs et accompagnées d'une bordure à rinceaux de feuillage or, bleu et rouge.
  • Nombreuses peintures (3 grandes et une centaine de petites: voir le détail dans Roger Lathuillère (art.cit. dans bibliographie, p. 568, note 4).
Binding: Reliure du XVIIᵉ ou du XVIIIᵉ siècle en maroquin vert aux armes des Innes Ker de Roxburghe et des Goldsmid de Palmeira; tranches dorées; deux pièces de titre au dos: romans du // brut d'angleterre // du roy artus de lancelot de galaad giron // le courtois et autres // - mss sur velin // de l'an 1391 avec mini- // -atures tom i.
Contents:
2 volumes. Au t. I, fol. 1 : Le livre de Bruth. Les histoires et aventures merveilleuses des roys, princes et chevaliers (cursive XVe). Autre mention illisible de la même main.
  • [pour le début voir Codex Bodmer 96-1]

  • D. t. I, ff. 108ra-314vd t. II, ff. 1a-262b Quatrième partie (art. cit., p. 571).
    Filiation: Le manuscrit Bodmer donne désormais le texte original de Guiron le courtois d'Elie de Boron dans une version pratiquement identique, à quelques détails près, à celle qui est fournie par le manuscrit de la Bibliothèque nationale de Paris, fr. 355.
    • 1. (t. I, fol. 108a-t. II, fol. 4vc) Premier passage (art. cit., p. 571). t. I, fol. 108a. A Dieu, qui m'a donné pouoir et engin et memoire de definer honnourablement le livre du Bret, entour qui j'ai traveillié moult lonc temps ententivement, dont je rens graces et mercy telles comme chevaliers pecheours jolis et envoisiés, peut ne doit rendre a son creatour, que nous devons premierement entendre el Pere, qui oncques ne fu conçeus ne engendrés, et el Filz, qui fu du Pere seulement, et el saint Esperit, qui du Pere et du Filz yssi >Coment ly roys Artus estoit de grant noblesce< t. I, fol. 109b De grant valeur et de grant poissance et de grant envoisure et plain de grant deduit et de grant solas fu le roy Artus sanz doubte; sur tous les roys, sur touz les princes qui a son temps regnerent au monde, moult sot, moult pot et moult valoit. Tant ot avec lui noble chevalerie que, ce ne fust la grant joliveté qu'il avoit en soy tout adés et le grant solas que il ot en son cuer, bien peust avoit mis en son temps touz les crestiens en sa subjectiont. II, fol. 4vc Si fist adonc son escu pendre emmy la chappelle et son hyaume, et tout ce laisse il laiens et s'en parti atant et se remist en sa besoigne. Mais a tant laisse ore li contes a parler de ceste chose et retourne a Guiron le courtois et a Danayn le roux, pour ce que grant piece s'en est teuz.
    • 2. (t. II, ff. 4vc-131vd) Deuxième passage (art. cit., pp. 571-572). >Comment Danayn et le chevalier a l'escu d'or vindrent au tournoiement de Henedon, et recognut le chevalier a l'escu d'or son nom a Danayn le roux, et estoit appellez Guiron et vainqui le tournoiement< fol. 4vc En ceste partie dit le contes que le roy Artus et les chevaliers de la Table reonde pristrent ung tournoiement au chastel de Henedon pour ce que les chevaliers aventureux aloient plus celle part que ailleurs …–… fol. 131vd et s'en chevauche grant erre aussi comme on le chassast a mort. En petit de hure se fust esloigniez de la place que on ne le peut trouver legierement. Mais a tant laisse ores le conte a parler de lui et retourne a parler du bon roy Melyadus et de ses aventures.
    • 3. (t. II, ff. 131vd-262rb) Troisième passage (art. cit., pp. 572-573). >C'est livre parle de Guiron le courtois et des haultes chevaleries que il fist en son temps< fol. 131rd En ceste partie dist li comptes que puis que le roy Melyadus se fu acompaigniez au chevalier qui amoit la fille Eserafol. 262rb La tierce partie de nostre livre finera aprés la mort le roy Artus. Ore mais retornerons a nostre matiere et commencerons la seconde partie de nostre livre en ceste maniere. Ci fine l'istoire du bon chevalier a l'escu d'or et du roy Melyadus.
  • t. II, ff. 263ra-286rb Cinquième partie (art. cit., p. 573). Il s'agit de la compilation de Rusticien de Pise avec quelques interpolations.
    • 1. (t. II, ff. 263ra-273vc) Premier passage (art. cit., p. 573).
      Filiation: Compilation de Rusticien de Pise conforme au manuscrit de la Bibliothèque nationale de Paris, fr. 355.
      >Ci commence l'istoire de Melydus et de Guiron le courtois et du chevalier sanz paour; et parle premierement de Rusticians, le maistre qui translata ce livre, et aprés de Banor, le viel chevalier, qui avoit bien d'aage .VIˣˣ. ans, lequel vint a la court le roy Artus et une damoiselle o lui, qui envoia son vallet a la court pour savoir s'il y avoit nul chevalier qui voulsist jouster contre lui et il abati ceulx qui il vindrent jouster< Prologue. Début: fol. 263ra Seigneur, empereur et prince et ducs et contes et barons (fol. 263b) et chevaliers et vavassours et bourgeois et tous les preudeshommes de cestui mode qui avez talent de vous deliter en rommans, si prenez cestui et le faictes lire de chief en chief toutes les grans aventures qui avindrent.> fol. 263rc Ci devise comment le viel chevalier jousta a messire Lancelot du Lac et a monseigneur Tristan et a Messire Gauvain et a messire Palamedes et au roy Artus et a tous les bons chevaliers de la Table ronde et les abati< En ceste partie dit li contes ainsi comme la vraye hystoire le tesmoigne que monseigneur le roy Artus estoit a Karmaalot a grant compaignie de roys et de barons, et sachiez tout vraiement qu'i y avoit a celui point maint preudommes et proprement des compaignons de la Table ronde, et si vous en nommeray yci aucuns.fol. 273vc Avindrent des batailles et aventures qui furent entre monseigneur Lancelot du Lac et monseigneur Tristan de Loenois et maint autre chevalier ainsi comme vous orrez ci aprez clerement, se il vous plaist a escouter.
    • 2. (t. II, ff. 273vc-275vd) Deuxième passage (art. cit. p. 573). fol. 273vc >Comment Seguran le brun fu quintaine a tous les chevaliers du tournoiement qui fu des chevaliers errans< Çavoir vous fait li contes que quant messire Segurant le brun, li chevaliers au dragon, ot veu que au tornoiement de Vincestrefol. 275vd Et Lancelot s'en retorna a ses compaignons et les fist touz monter au mieux qu'ilz peuent et s'en retornerent vers Kamaalot et Dynadan avec eulx. Mais atant se taist li contes de cestui fait et retorne pour parler du roy Artus et de ceulx de son hostel.
    • 3. (t. II, ff. 276ra-286rb) Troisième passage (art. cit., p. 573 et, pour le texte, p. 569).
      Filiation: Reprise du texte de la compilation de Rusticien de Pise dans une version proche d'une partie du Tristan en prose.
      fol. 276ra >Comment la royne Guenievre envoya unes lettres a la royne Yseult<Ci endroit commence li contes d'une aventure a parler qui appartient a nostre matiere, et si vous diray pourquoyfol. 286rb Mais je veul que tout orendroit, pour honnour de monseigneur Tristan, qui cy est, et pour sa franchise et pour sa bonté, qui a delivré ceste valee, le val avant que messire Tristan venist icy nous savons que estoit appellez le Val de Servage, mais pour ce que monseigneur Tristan l'a delivré, dient tout le peuple que ceste valee soit appellee pardurablement d'ores en avant par tot païs la Franchise de Tristan. Et ilz dient que bon nom a donné Segurades a la valee, et tousjours fu ainsi appellee la valee pour la doubte Segurades, et encor si est, et or est communelment son nom par tout Angleterre.
Provenance of the manuscript:
  • Louis de la Baume Le Blanc, duc de la Vallière (mort en 1780); Vente, Paris, 1783, n° 3990 (cf. Guillaume de Bure, «Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. le duc de La Vallière». Première partie…, Paris, 1783, t. II, pp. 606-607).
  • Famille Innes Ker de Roxburghe (armes sur les plats des deux volumes avec la devise: Pro Christo et Patria )
  • Famille Goldsmid de Palmeira (armes sur les plats des deux volumes avec la devise: Concordia et Sedulitate), Vente 1815 (au v° du premier feuillet de garde du t. I Goldsmids sale 1815 2 vols et 6300)
  • Acquis par Richard Heber (1773-1833): n° 1489 de sa collection (étiquette elliptique rédigée à la main portant le n° 1489 au dos de la reliure du t. I). Vente Evans, 1836.
  • Acquis directement par Sir Thomas Phillipps: n° 8344 de sa collection (étiquette rectangulaire au dos de la reliure du t. I). Vente Sotheby, 1er juillet 1946, n° 14A du catalogue.
Acquisition of the manuscript: Acquis directement par Martin Bodmer.
Bibliography:
  • Roger Lathuillère, «Le manuscrit de Guiron le courtois de la Bibliothèque Martin Bodmer», à Genève dans Mélanges… J. Frappier, Genève, 1970, t. II, pp. 567-574. [D'après R. Lathuillère (art. cit. p. 574) ce manuscrit «n'apporte aucun texte nouveau. Son originalité consiste dans l'arrangement des différentes versions qu'il présente.» Ayant adopté la division en cinq parties qu'il a proposée, nous renvoyons à son article ainsi qu'a son étude; Guiron le courtois. Etude de la traduction manuscrite…, Genève, 1966.]