Documents: 49, affichés: 21 - 40

Toutes les bibliothèque et les collections

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, KU 4b
Papier · 291 ff. · 38.5 x 29 cm · Lucerne · vers 1470
« Schwarzbuch » du monastère de St. Urban

Avec le « Weissbuch » (KU 4a), cet urbarium (rentier) offre une vue détaillée des droits et des possessions de l’abbaye cistercienne, qui avait atteint son apogée économique dans la seconde moitié du XVème siècle. Des copies d’actes et des recueil de droits et de devoirs, ordonnés selon des critères géographiques, documentent l’ensemble des proporiétés du monastère. Le « Schwarzbuch » contient les sources qui concernent les propriétés dans le domaine de l’intendance (Schaffnerei) de Zofingen et Sursee, qui s’étendaient jusque dans le canton de Soleure et dans la région de Bâle. Le volume rejoignit les archives de l’Etat avec les archives du monastère après sa sécularisation, en 1838. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, KU 626
Parchemin · 78 pp. · 38.5 x 28-29 cm · Lucerne · début du XVème s., 1390 et après 1408
Obituaire du monastère de St. Urban

Le plus ancien obituaire du monastère de St. Urban, qui se présente avec une reliure en ais de bois du XVIème siècle, n’est malheureusement conservé que de manière fragmentaire. La première partie (fol. 3-14v) comprend le nécrologe du monastère; la seconde partie contient le Liber anniversariorum benefactorum incomplet (seulement 1-12 janvier, 1 mai-1 septembre, 4-7 septembre, 22 septembre-31 décembre), avec des ajouts; la troisième partie comprend l'Officium defunctorum, une litanie et des ajouts, ainsi qu’une liste des membres de la confrérie laïque du monastère. Le volume rejoignit les archives de l’Etat avec les archives du monastère après sa sécularisation. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, PA 178/508
Papier · 170 ff. · 28 x 21 cm · XV-XVIIèmes siècles
Livre de recettes

L’état de conservation précaire du volume (la reliure et plusieurs fascicules manquants, les coutures défaites, les changements de couleur dus à diverses substances) témoignent de l’usage intensif auquel fut soumis le volume au cours des siècles. Les recettes qui couvrent divers domaines (médecine humaine et vétérinaire, cuisine), datent du XVème au XVIIème siècle. Le mansucrit fut déposé aux archives de l’Etat avec les archives de la famille patricienne lucernoise des Balthasar. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, PA 261
Papier · 99 ff. · 21.5 x 15.5 cm · XVème siècle
Schüpfheimer Codex

L’origine exacte de ce manuscrit n’est pas connue; l’écriture et la langue laissent supposer qu’il provient du sud de la région alémanique. Les contenus concernant l’astrologie, la greffe des arbres, les saignées, les préceptes de santé, l’urologie et les recettes proviennent de sources connues pour la plupart et concordent en grande partie avec le Codex 102b de la Zentralbibliothek de Zürich. Le rédacteur ne devait pas faire partie d’un milieu académique, mais être plutôt un « praticien de la médecine », de sorte que le volume se caractérise comme un « manuel pratique de médecine populaire », probablement le plus ancien de ce type. Il constitue en outre la plus ancienne source pour ledit « Corpus iatromathématique ». (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, PA 437/9
Parchemin · 30 ff. · 28 x 17 cm · Suisse orientale · 1541
Livre de la famille de Hans von Hinwil

Selon quelques indications, Hans von Hinwil, propriétaire du château de Elgg (1498-1544), rédigea son livre de famille en 1541. Après une introduction sur l’histoire de la famille, suivent, par ordre chronologique, les armoiries des ancêtres. Le manuscrit peut donc être comparé à d’autres célèbres livres de famille, comme celui des seigneurs de Eptingen, ou des seigneurs de Hallwyl; il constitue ainsi un exemple isolé pour la Suisse orientale de la formation d’une tradition noble en paroles et en images. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Schaffhausen, Stadtbibliothek, Ministerialbibliothek, Min. 53
Parchemin · 168 ff. · 27 x 20 cm · Schaffhouse · 1080-1096
Gregorius I. Papa

Quatrième partie d’un exemplaire en six volumes des Moralia in Iob de Grégoire (Min. 50-55), catalogué dans l’inventaire de la bibliothèque du monastère de Tous-les Saints d’env. 1100 (Min. 17, f. 306v). Elle contient les livres 17 à 22 et s’intitule au f. 1r IIII. pars. Ce manuscrit soigné est écrit en pleine page et sans décoration, à l’exception d’une initiale à entrelacs végétaux. Au XVème siècle, le codex reçut, comme beaucoup d’autres, une nouvelle reliure en cuir avec des bossettes en métal et deux fermoirs ainsi qu’une étiquette avec le titre (1r). Pour les pages de garde ont été utilisés, de même que pour Min. 20, Min. 24, Min. 40 et Min. 55, des fragments d’un obituaire du monastère de Tous-les Saints du XIVème siècle (f. 169r-v; la page de garde antérieure a été perdue). (spe)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Schaffhausen, Stadtbibliothek, Ministerialbibliothek, Min. 54
Parchemin · 102 ff. · 27.5 x 20.5 cm · Schaffhouse · 1080-1096
Gregorius I. Papa

Cinquième partie d’un exemplaire en six volumes des Moralia in Iob de Grégoire (Min. 50-55), catalogué dans l’inventaire de la bibliothèque du monastère de Tous-les Saints d’env. 1100 (Min. 17, f. 306v). Elle contient les livres 23 à 37 et s’intitule au f. 3r quinta pars. Ce manuscrit soigné est écrit en pleine page et sans décoration, à l’exception d’une initiale à entrelacs végétaux en pleine page, non complétée, dans la page de l’incipit (3r). Pour les contre-gardes et les pages de garde de la reliure romane ont été utilisés des bi-feuillets d’un autre codex provenant également de Schaffhouse et contenant une copie du livre 23 des Moralia (f. 1v2v, 100r101v). (spe)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Schaffhausen, Stadtbibliothek, Ministerialbibliothek, Min. 55
Parchemin · 187 ff. · 27.5 x 20.5 cm · Schaffhouse · 1080-1096
Gregorius I. Papa

Sixième partie d’un exemplaire en six volumes des Moralia in Iob de Grégoire (Min. 50-55), catalogué dans l’inventaire de la bibliothèque du monastère de Tous-les Saints d’env. 1100 (Min. 17, f. 306v). Elle contient les livres 28 à 35. Ce manuscrit soigné est écrit en pleine page par différents scribes, avec la page de l’incipit décorée (2v), une initiale à entrelacs végétaux en pleine page (3r) et d’autres initiales à entrelacs au début de chaque livre. A la fin (183v-185v), ont été transcrits quatres documents des années 1090-1122. Au XVème siècle, le codex reçut, comme beaucoup d’autres, une nouvelle reliure en cuir avec des bossettes en métal et deux fermoirs ainsi qu’une étiquette avec le titre (1r). Pour les pages de garde ont été utilisés, de même que pour Min. 20, Min. 24, Min. 40 et Min. 53, des fragments d’un obituaire du monastère de Tous-les Saints du XIVème siècle (1r-v et 186r-v). (spe)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Sion/Sitten, Archives de l'Etat du Valais/Staatsarchiv Wallis, S 109
Parchemin · 1 f. · ca. 800 x 47 cm · France (Paris?) · fin du XIVème-début du XVème siècle
Les six âges du monde

Réalisé en France à la fin du XIVe siècle ou au tout début du XVe siècle, le manuscrit des Six âges du monde apparaît dès la fin du Moyen Age dans l’une des plus importantes bibliothèques valaisannes, celle de la famille Supersaxo, conservée aujourd’hui à la Médiathèque Valais-Sion et (pour ce manuscrit) aux Archives de l’Etat du Valais à Sion. Cet ouvrage est remarquable à plus d’un titre. D’une part, il se présente sous le format peu usité du rouleau, format réservé, entre autres, au genre de la chronique universelle auquel il appartient. D’autre part, il est traversé, tout au long de ses huit mètres, par un arbre généalogique complexe rendant compte de la succession d’Adam à la Nativité du Christ. Accompagnant cet imposant dispositif graphique, de nombreux dessins, que le style rapproche d’œuvres parisiennes, ornent ses colonnes. De plus, cet exemplaire n’est pas unique, puisque la Bibliothèque municipale de Reims possède un rouleau semblable (ms. 61), illustré certainement par le même maître. (rou)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
St. Gallen, Kantonsbibliothek, Vadianische Sammlung, VadSlg Ms. 69
Papier · 170 ff. · 21.5 x 16 cm · Saint-Gall · dernier quart du XVème siècle, avant 1495
Casus Sancti Galli

Le manuscrit, écrit à la fin du XVème siècle, contient une chronique, oeuvre de divers auteurs, sur l’histoire du monastère de Saint-Gall à l’époque du haut Moyen Âge et du Moyen Âge et quelques Quaestiones théologiques. La chronique est précédée de la liste des abbés, depuis l’abbé fondateur Otmar jusqu’à Berchtold von Falkenstein (1244-1272). A la fin, a été ajoutée une seconde liste des abbés qui se poursuit jusqu’en 1503. (gam)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
St. Gallen, Kantonsbibliothek, Vadianische Sammlung, VadSlg Ms. 70
Papier · 280 ff. · 29 x 20.5 cm · Saint-Gall · après la milieu du XVème siècle
Casus Sancti Galli; Vitae sanctorum

Le volume composite très imposant réunit le Casus Sancti Galli, l’histoire du monastère de Saint-Gall à l’époque du haut Moyen Âge et du Moyen Âge et 50 vies de saints de diverses longueurs, parmi lesquelles celles des saints de Saint-Gall, Gall, Otmar et Wiborada. Il a été réalisé dans les années 50 de 1400, lorsque les rapports entre le monastère et la ville de Saint-Gall s’éclaircirent et que le monastère entreprit de vastes réformes. (gam)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B283
Papier · 11 ff. · 29.2-32.2 x 20-22 cm · Venise · 1553-1555
Documents concernant la condamnation et l’autodafé du Talmud

Ce recueil de 11 documents en italien concernant la condamnation et l’autodafé du Talmud est en lien avec l’une des périodes les plus sombres de l’histoire du livre hébraïque. Ce recueil constitue un compte-rendu plus ou moins chronologique des événements et faisait probablement partie du dossier d'un inquisiteur vénitien. Il reproduit une liste (regesta) de six brefs pontificaux de 1518 à 1537, dans lesquels les papes Léon X, Clément VII, et Paul III accordent à Daniel Bomberg l’autorisation d’imprimer des livres juifs à Venise. Il comprend également d’autres documents : instructions pour la recherche de contenu hérétique dans les livres hébraïques par des juifs convertis, copies d'importants décrets pontificaux et rapports sur les événements survenus à Rome et à Venise. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B345
Parchemin · 1085 pp. · 49.5 x 36 cm · [Allemagne] · 1355
Mischne Tora

Au cours des plus de 650 ans qui se sont écoulés depuis sa réalisation, ce manuscrit de la Mischne Tora, un recueil de lois juives de Moses Maimonides, a passé entre plusieurs mains. Plusieurs remarques et citations indiquent que plusieurs importants rabbins askhénazes ont pu l’utiliser, tels que Jakob Weil, un érudit et rabbin du XVème siècle, actif à Nuremberg, Augsbourg, Bamberg et Erfurt. Comme l’on peut le déduire de notes de possession plus tardives, le manuscrit parvint dans des régions lointaines, comme l’empire ottoman, le Kurdistan, l’Angleterre ou Jérusalem. La page 1021 présente une illustration en pleine page avec un portail architectural décoré en style gothique. Deux fines colonnes, allongées d’une façon maniériste, supportent un tympan décoré d’entrelacs floraux sur un fond bleu, dans lequel figure le nom du chapitre Sefer schoftim (« livre des Juges »). Il y a aussi cinq médaillons, dont deux contiennent la silhouette d’un rapace en position d’attaque. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K21
Parchemin · 1 f. · 66.6 x 56.7 cm · Gibraltar · 1822
Ketubah (כתובה), Gibraltar, 4 Tevet 5583 (18 décembre, 1822)

Au moment où cette ketubah a été réalisée, la plus grande partie du commerce de détail de Gibraltar était aux mains de la communauté sépharade ; beaucoup de ses membres provenaient des régions voisines d’Afrique du Nord. Ce contrat de Gibraltar appartient à la première période de décoration locale des ketubah, bien que quelques éléments laissent déjà présager les développements plus tardifs. Dans la partie supérieure, sont représentés deux lions, accroupis dos à dos, soutenant sur leurs épaules les tables avec les dix commandements abrégés. Cette composition rappelle la partie supérieure d'une arche sainte et, de fait, elle est surmontée d’une couronne, c’est-à-dire celle de la Torah. Les lions accroupis sont entourés de vases de fleurs. Dans les bordures, en dessous d’une draperie théâtrale et de trompettes suspendues par des rubans, sont représentées des urnes placées sur des bases de colonnes fantaisistes. Plusieurs éléments dans ce contrat de mariage sont caractéristiques des ketubot de Gibraltar. Le mot initial, mercredi jour du mariage, est comme d'habitude agrandi et décoré. Le monogramme en lettres latines, en bas au centre, est également typique. Les initiales SJB se réfèrent aux prénoms (Salomon, Judith) et au nom de famille (Benoleil) des deux époux. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K29
Parchemin · 1 f. · 80.8 x 54.3 cm · Ancone · 1789
Ketubah (כתובה), Ancone, 14 Tishri 5550 (4 octobre 1789)

Ce contrat de mariage fut rédigé à la demande de la ville portuaire d'Ancone sur l'Adriatique, où résidait l'une des plus importantes communautés juives d'Italie et qui était aussi l'un des centres les plus renommés de production de ketubbot. La scène principale, en haut au centre, représente le prophète Elie qui monte au ciel sur un char de feu, tandis que son élève émerveillé Elisée le regarde d'en bas. La scène joue sur le premier prénom de l'époux, Elischa. Les deux autres épisodes bibliques sont insérés dans des cartouches sur les côtés. A droite, la scène du triomphe de Mardochée, qui rappelle le second prénom de l'époux, et à gauche, la scène avec David qui tient tête à Goliath, en référence au prénom du père de l'épouse, David Camerino. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K37
Parchemin · 1 f. · 40.3 x 33.3 cm · Amsterdam · 1668
Ketubah (כתובה), Amsterdam, 2 Nisan 5428 (14 mars 1668)

Sous l'influence des artistes italiens de ketubah, l'habitude de décorer les contrats de mariage a repris vie au début du XVIIème siècle à Amsterdam. A la fin des années 1640, le graveur juif bien connu Shalom Italia a créé un cadre en cuivre pour les ketubot de la communauté hispano-portugaise, qui a inspiré par la suite un artiste local anonyme dans la création d’une nouvelle version modifiée de cette bordure, présente dans cette ketubah de 1668 de la collection Braginsky. Ce cadre décora les ketubot sépharades produites à Hambourg, Bayonne, Londres, New York et Curaçao, pendant plus de deux cents ans. Le texte calligraphique commémore le mariage de Daniel Tzemah Aboab, un médecin sépharade connu. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K40
Parchemin · 1 f. · 69.2 x 46 cm · Ancone · 1795
Ketubah (כתובה), Ancone, 13 Adar 5555 (4 mars 1795)

Cette ketubah décorée, comme la K29 de la collection Braginsky produite six ans auparavant, représente l’apogée de l’illustration de ketubah à Ancone. Le texte de cette ketubah est placé au centre sous un arc supporté par deux colonnes ornées. Tandis que dans les plus anciens exemplaires connus de ketubot provenant de Genizah en Egypte, il était habituel d’utiliser des arcs comme éléments du cadre, les lettres dorées inscrites ici dans les tympans bleus ajoutent une autre signification. Les six lettres hébraïques, un acronyme du psaume 118, 20: « Voici la porte de l'Eternel: C'est par elle qu'entrent les justes. », signifie symboliquement que les époux entrent dans une nouvelle étape sacrée de leur vie, en passant sous la porte céleste. Une représentation du sacrifice d’Isaac, faisant allusion au deuxième prénom, Isaac, du marié, s’insère dans un cartouche, en haut au centre. Cette scène, symbole de la fidélité et de la promesse messianique qui apparaît dans plusieurs ketubot italiennes, a été l’histoire biblique la plus populaire dans l’art juif au cours du temps. La figure féminine placée à côté n’a pas encore été identifiée. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K41
Parchemin · 1 f. · 74 x 45.8 cm · Rome · 1798
Ketubah (כתובה), Rome, 22 Sivan 5558 (6 juin 1798)

L’ornementation de cette ketubah, qui commémore un mariage entre deux importantes familles du ghetto romain, les Toscano et les Di Segni, reflète l’âge d’or de la décoration des ketubbot à Rome. La corniche décorative est divisée en deux cadres, l’un intérieur et l’autre extérieur. Les marges latérales du texte sont ornées de fleurs peintes sur un fond doré. Dans la corniche extérieure, des inscriptions micrographiques entrelacées forment des surfaces en forme de diamant, chacune contenant une grande fleur. Les dessins à l’intérieur et à l’extérieur des cadres sont entourés de minuscules lettres hébraïques carrées, qui toutes ensemble reproduisent le quatrième chapitre du livre de Ruth. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, S8
Parchemin · 1 f. · 8 x 88 cm · Italie · Rouleau: Italie, XVIIIème siècle / Etui: Venise ou Rome, XVIIème siècle
Megillat Esther (מגילת אסתר) / Rouleau d’Esther

Les objets de cérémonie juifs réalisés en or, tels que cet étui de rouleau d’Esther, étaient particulièrement rares, étant donné que les objets pour les synagogues et d’usage privé étaient habituellement faits d’argent ou d’autres matériaux moins précieux. L’étui cylindrique de ce rouleau est orné avec de délicats filigranes appliqués. D’un vase placé au milieu émerge un riche entrelacs de rameaux de vigne avec branches et fleurs qui s’étend sur l’ensemble de la surface de l’étui. Les grandes fleurs soutiennent ou encadrent les objets associés au Temple saint de Jérusalem. Bien que ce genre de motifs se rencontre fréquemment sur des objets métalliques destinés aux rites juifs en Italie, ils ne sont pas spécialement reliés avec l’histoire d’Esther. De plus, les Dix Tables de la loi sont placées sur le plus grand motif central, une couronne composée de petites fleurs dont la forme ressemble à celle des tournesols. Il y a deux étuis de rouleaux d’Esther semblables, sans doute réalisés par le même artiste. Ils ont été localisés au XVIIème siècle à Rome ou Venise. Ce rouleau sans décor date probablement du XVIIIème siècle. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, S12
Parchemin · 1 + 1 f. · 22.2 x 137 cm + 22.8 x 17.4 cm · Italie · env. 1775
Megillat Esther (מגילת אסתר) / Rouleau d’Esther

Cette megillah est rehaussée par des dessins architecturaux qui se répètent, peints à la main. Le texte est placé entre des colonnes de marbre en alternance droites ou en spirale. Les juifs d’Italie associaient les colonnes torses avec celles du Temple de Salomon, qu’ils croyaient avoir été transporté à Rome par Titus et peut-être placé dans la basilique Saint-Pierre au Vatican. En terme de style, ce rouleau ressemble aux ketubot enluminées, produites à Ferrare et à Mantoue. Une feuille de parchemin isolée accompagne ce rouleau qui, en plus de bénédictions, contient une hymne liturgique, korei megillah, recitée par les Juifs d’Italie. Les rabbins ne s’accordaient pas sur le fait qu’un rouleau d’Esther puisse contenir des textes étrangers au livre d’Esther. Ainsi, dans de nombreuses communautés, cela conduisit à la pratique d’ajouter un feuillet non relié contenant les trois bénédictions traditionnellement récitées avant la lecture des megillah. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Documents: 49, affichés: 21 - 40