Documents: 62, affichés: 41 - 60

Toutes les bibliothèque et les collections

Preview Page
Samedan, Chesa Planta Samedan, Ab 47
Papier · III + 16 ff. · 15 x 10 cm · 1567
[La histoargia da Joseph] (L’histoire de Joseph)

Il s’agit du plus ancien manuscrit contenant le drame « Joseph » de Gian Travers, mis en scène en 1534 à Zuoz. Il a été écrit trois ans après la mort de Travers dans une orthographe qui n’est plus en usage au moment de la transcription. Le copiste est Conradin Planta, probablement un parent; Gian Travers avait épousé Anna Planta. Le manuscrit n’est pas relié correctement: le texte débute avec les ff. 9-13, puis il manque un feuillet, puis f. 14, f. 1, f. 5, f. 3, f. 4, f. 6, f. 2, f. 15, un feuillet manque, f. 7, f. 16. Le folio 8r, à l’origine le dernier, contient une poésie d’avertissement; le folio 8v était laissé blanc. Les pages de garde antérieures sont faites à partir d’un grand feuillet en parchemin qui appartenait à l’origine à un manuscrit du XIIe siècle avec un texte de Constantin l’Africain, De febribus, chap. 3-5.  (dar)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Samedan, Chesa Planta Samedan, Ad 109
Papier · 80 ff. · 15 x 10 cm · 1649
Joseph da Iacobb (Le drame de Joseph)

Contient le texte du drame de Joseph dans une version de Basse-Engadine (ff. 1-74) qui est issu du drame publié à Zurich en 1540, « Ein hüpsch nüwes Spil von Josephen (…) », attribué à Jacob Ruf. Des indices convergents, comme les déclarations de Chiampell (Placidus Plattner, Ulrici Campelli Historia retica, Basel Schneider, T. 2 1890, 353), l’orthographe et la langue des transcriptions, suggèrent qu’il s’agit ici de l’unique copiée conservée du drame de ce même Chiampell, mis en scène en 1564 à Susch. A la fin du manuscrit se lit un dialogue entre un prêtre protestant et un malade (ff. 75-77), ainsi que quelques prières (ff. 78-80), traduites de l’allemand par le copiste même du texte, Baltasar Valantin. (dar)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Samedan, Chesa Planta Samedan, Statuten 1619
Papier · 300 ff. · 30 x 21 cm · 1619
Ledschas et stratüts civils dalg cumoen d’Engiadina zura sur Punt Hota (Lois et statuts civils de la commune de la Haute-Engadine à propos de Punt Ota)

Le manuscrit contient en premier lieu la traduction des statuts en latin du cercle de la Haute-Engadine de 1563, avec des ajouts allant jusqu’en 1618, dans l’écriture de Peider Curtin (ff. 1-245a). Les ajouts des années 1624-1654 sont d’une autre main, ou ajoutés plus tard comme les ff. 245b-254a. Viennent ensuite les traductions de l’allemand d’autres textes importants à caractère juridique écrits par Peider Curtin: la Charta da la Lia de 1524 (ff. 262-267), les articles de Coire de 1523, puis de Ilanz en 1524 (ff. 268-271), les Artichels da cumoenas Trais Lias de 1527 (ff. 272-278), un traité de la Ligue de la Maison-Dieu cun l’s sett chantuns Schwizers de 1498 (ff. 279-282) et l’Union héréditaire de 1518 entre l’empereur Maximilien et l’évêque de Coire au sujet de l’Engadine (ff. 283-289). Suivent encore les statuts (ff. 291-295) de la main de Curtin et l’index des ajouts (f. 296) d’une deuxième main. Le copiste est Peider Curtin; selon une note figurant sur la page de titre les statuts seraient toutefois l’œuvre d’un prêtre protestant et notaire connu Lüci Papa. (dar)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Schlatt, Eisenbibliothek, Mss 23
Papier · 208 pp. · 17-18 x 21.5-22 cm · 1856-1857
H.[Hermann] Wedding, Sur les installations métallurgiques de Freiberg ; Procédés de métallurgie à Freiberg. Copie d’un cahier de H. Th. [Hieronymus Theodor] Richter; H.[Hermann] Wedding, Notes diverses

Ce manuscrit constitue un recueil de notes compilées par Hermann Wedding (1834-1908) - qui devint par la suite professeur de métallurgie à l’Ecole des Mines de Berlin – lors de ses visites dans les installations métallurgiques de Freiberg (Saxe) dans les années 1856/7. Les notes ont été prises au cours de ses études à l’Ecole des Mines de Freiberg. Elles incluent ses observations personnelles sur les procédés utilisés dans diverses fonderies d’argent et de plomb de la région de Freiberg. Elles comprennent en outre des copies de publications scientifiques relatives aux procédés métallurgiques en cours à Freiberg.  (ham)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Schlatt, Eisenbibliothek, Mss 24
Papier · 98 pp. · 17.5 x 20.5 cm · 1858
H. [Hermann] Wedding, Voyages en Thuringe, Bavière, Sarre, Lotharingie, Rhénanie et Westphalie

Ce journal de voyage fut tenu par Hermann Wedding (1834-1908) - qui devint par la suite professeur de métallurgie - pendant un voyage d’étude d’août à septembre 1858. A l’époque il était étudiant à l’Ecole des Mines de Freiberg et de Berlin. L’objectif du voyage était de visiter les centres de l’industrie minière et métallurgique, en particulier des régions de la Ruhr et de la Sarre, créés au milieu du XIXe siècle. Les annotations quotidiennes de Wedding documentent ses visites aux mines de charbon, aux usines métallurgiques et aux usines de traitement des métaux. Il y décrit soit les installations, soit les procédés de production des usines qu’il a visitées. Dans le journal se fait jour un fort intérêt naturaliste pour les conditions géologiques dans lesquels s’insèrent les installations qu’il décrit.  (ham)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Schlatt, Eisenbibliothek, Mss 25
Papier · 328 + 48 pp. · 17-18.5 x 21-23.5 cm · 1860-1862
Hermann Wedding, Journal de voyage à travers les régions métallurgiques d’Allemagne, de Belgique et d’Angleterre

Le manuscrit documente différents voyages en Grande-Bretagne, dans les années 1860 et 1862, effectués par Hermann Wedding (1834-1908), plus tard professeur de métallurgie. Wedding entreprit ces voyages comme référent de l’administration minière prussienne. Au cours de son voyage vers l’Angleterre en Belgique, il mit quotidiennement par écrit ses observations sur les installations et sur les procédés de production des usines métallurgiques et minières. Parmi les établissement décrits figurent l’aciérie de Seraing (Belgique), les usines métallurgiques de Galles méridionales, considérées comme particulièrement avancées au milieu du XIXe siècle, ainsi que les premières aciéries utilisant le procédé Bessemer. Les annotations du journal reflètent aussi le réseau de contacts que Wedding entretenait avec les spécialistes de son domaine.  (ham)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Sion/Sitten, Médiathèque Valais, RCap 14
Papier · III + 135 + I ff. · 21 x 29 cm · ca. 1431
Guido de Monte Rochen, Manipulus curatorum

Ce manuscrit provenant de la bibliothèque du couvent des Capucins de Sion contient le Manipulus curatorum, un manuel de théologie morale et pastorale à l’usage des curés, rédigé par Guy de Montrocher au commencement des années 1330. Cet ouvrage connut une très large diffusion aux XVe et XVIe siècles. La bibliothèque du couvent des Capucins compte encore un deuxième exemplaire ancien du Manipulus, imprimé cette fois : le RCap 110, un incunable de 1485 (Rome, Eucharius Silber : Hain 8192). Dans le RCap 14, le Manipulus curatorum est suivi d’un feuillet terminal comportant peut-être une liste de diocèses, notamment italiens et allemands. Les feuillets de garde sont de parchemin ; il s’agit de deux actes donnés à Genève en 1452, mentionnant entre autres un Johannes Brochuti, chanoine de Sion. (esc)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Sion/Sitten, Médiathèque Valais, S 94
Papier · II + 120 + II ff. · 20 x 28.5 cm · nord de la Suisse (?) · XVe siècle
Jean de Mandeville, Von dem gelobten Land [Voyages]. Traduction allemande de Michel Velser

A la fois récit de voyage et livre de géographie, les Voyages de Jean de Mandeville, composés vraisemblablement vers 1355-1357, rencontrèrent un très grand succès au Moyen Âge. Les nombreuses copies manuscrites permettent de distinguer trois versions différentes du texte français, d’où découlent des traductions en latin et dans les langues vernaculaires. En allemand, la traduction la plus ancienne, qui remonterait à ca. 1393-1399, est celle de Michel Velser, un membre de la famille von Völs (Fiè, Tyrol du Sud). L’exemplaire S 94, de la bibliothèque de l’évêque de Sion Walter Supersaxo (ca. 1402-1482) et de son fils Georges (ca. 1450-1529), comprend de nombreuses initiales ornées, parfois zoo- ou anthropomorphes ; les feuillets de garde, annotés, sont de parchemin. D’après la langue employée, le manuscrit proviendrait du nord de la Suisse. La marque de possesseur du f. 120v mentionne un oncle « G », qui pourrait renvoyer à Georges Supersaxo lui-même. Dans la reliure se trouvait un fragment d’un acte pontifical, datant sans doute du milieu du XIIIe siècle, adressé par un pape Innocent à l’abbé de Kempten. Le S 94 est à rapprocher d’un autre manuscrit de la bibliothèque Supersaxo, le S 99, qui contient une version française des Voyages. (esc)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Sion/Sitten, Médiathèque Valais, S 99
Papier · I + 125 ff. · 22 x 30 cm · Martigny (?) · ca. 1474
Jean de Mandeville, Voyages. Jean de Bourgogne (dit à la Barbe), Preservacion de Epidimie

A la fois récit de voyage et livre de géographie, les Voyages de Jean de Mandeville, composés vraisemblablement vers 1355-1357, rencontrèrent un très grand succès au Moyen Âge. Il existe trois versions différentes du texte français ; le manuscrit S 99 se rattache à la version « continentale ». Comme dans d’autres manuscrits de cette version, les Voyages (ff. 1r-122v, avec explicit au f. 123v et un ajout aux ff. 124r-125r) sont suivis de la Preservacion de Epidimie (ff. 122v-123v) ; la véritable identité des deux auteurs fait débat et pourrait même se confondre. Dans l’exemplaire S 99 de la bibliothèque de l’évêque de Sion Walter Supersaxo (ca. 1402-1482) et de son fils Georges (ca. 1450-1529), les marges supérieures sont occupées par le développement ornemental des hastes montantes, qui donnent parfois lieu à des motifs zoo- ou anthropomorphes. La bibliothèque Supersaxo compte encore une autre version des Voyages, le S 94, dans la traduction allemande de Michel Velser. Comme deux autres manuscrits de cette même bibliothèque, le S 97 bis (recueil collectif comprenant notamment le roman de Ponthus et Sidoine) et le S 100 (statuts de la Savoie), le S 99 fut recopié par Claude Grobanet, attesté en 1474 à Martigny, où il était au service d’Antoine Grossi Du Châtelard, seigneur d’Isérables (mort en 1495). Au début du XVIe siècle, la famille d’Antoine Du Châtelard connut apparemment des difficultés financières ; leurs biens – et avec eux probablement les trois manuscrits – passèrent alors aux mains de Georges Supersaxo. L’acte incomplet qui constitue la contre-garde inférieure, de parchemin, mentionne entre autres Martigny, 147[3] et un seigneur d’Ys[érables (?)]. (esc)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Sion/Sitten, Médiathèque Valais, S 100
Papier · II + 216 ff. · 21 x 30 cm · Martigny (?) · ca. 1473
Compendium statutorum generalis reformationis Sabaudiae [1430]

Ce manuscrit de la bibliothèque de l’évêque de Sion Walter Supersaxo (ca. 1402-1482) et de son fils Georges (ca. 1450-1529) contient un compendium des statuts de la Savoie, un code de législation promulgué en 1430 par Amédée VIII (1383-1451), premier duc de Savoie et futur antipape Félix V, et imprimé pour la première fois à Turin, en 1477, par Johannes Fabri (Hain 14050, GW M43623). Jusqu’en 1475, la partie du Valais située en aval de la Morge de Conthey relevait justement de la juridiction des ducs de Savoie. Le manuscrit S 100 est à rapprocher de deux autres manuscrits de la Bibliothèque Supersaxo, le S 97 bis (recueil collectif comprenant notamment le roman de Ponthus et Sidoine), et le S 99 (Jean de Mandeville, Voyages). Tous trois furent en effet recopiés par Claude Grobanet, attesté en 1474 à Martigny, où il était au service d’Antoine Grossi Du Châtelard, seigneur d’Isérables (mort en 1495). Au début du XVIe siècle, la famille de ce dernier connut apparemment des difficultés financières ; leurs biens – et avec eux probablement les trois manuscrits – passèrent alors aux mains de Georges Supersaxo. (esc)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Sion/Sitten, Médiathèque Valais, S 104
Parchemin · 167 ff. · 24 x 38 cm · Bologne · début du XIVe siècle
Goffredus Tranensis, Summa super titulis Decretalium

La Summa super titulis (ou rubricis) Decretalium est un célèbre traité juridique sur les Décrétales de Grégoire IX, composé vers 1241-1243 par Goffredo da Trani, professeur de droit canonique à Bologne et futur cardinal (mort en 1245). Dans cet exemplaire, le début de chacun des cinq livres est marqué par une initiale enluminée (ff. 1r, 45r, 75v, 105v, 124v) ; l’on trouve aussi, parmi les annotations et les manicules, de nombreuses petites têtes humaines dessinées de profil, à la plume, en marge et entre les colonnes (par ex. au f. 154r). Ce manuscrit fait partie de la bibliothèque de l’évêque de Sion Walter Supersaxo (ca. 1402-1482) et de son fils Georges (ca. 1450-1529) ; avant cela, il appartenait à Georges de Saluces (évêque d’Aoste en 1433 et de Lausanne en 1440, mort en 1461), à l’époque où il était encore doyen du Puy-en-Velay. La bibliothèque Supersaxo compte encore un autre volume d’origine bolonaise, le S 102, datant également du XIVe siècle et contenant lui aussi des textes juridiques. (esc)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Sion/Sitten, Médiathèque Valais, S 105
Papier · 92 ff. · 29 x 39 cm · 1474
Terentius, Comoediae

Ce manuscrit de la bibliothèque de l’évêque de Sion Walter Supersaxo (ca. 1402-1482) et de son fils Georges (ca. 1450-1529) contient les six Comédies de Térence, commençant chacune par une initiale ornée : Andria (f. 5r), Eunuchus (f. 19v), Heautontimoroumenos (f. 35v), Adelphoe (f. 52r), Hecyra (f. 66v), Phormio (f. 78r). Le manuscrit fait partie d’un ensemble de copies réalisées, sinon par Georges Supersaxo lui-même, du moins par un scribe anonyme à son service, vers 1472-1474, à l’époque où le jeune homme suivait des études de droit à Bâle. Dans ce groupe de manuscrits figurent des classiques (Térence, Salluste, …), mais aussi des textes familiers aux érudits seulement (Augustinus Datus, Gasparinus Barzizius, …). Les Comédies de Térence y occupent une place de choix, puisqu'elles ont encore été recopiées dans un autre manuscrit, inachevé, de cet ensemble, le S 101. (esc)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Solothurn, Staatsarchiv, R 1.1.9
Parchemin · 1 f. · 13.9 x 20.5 cm · Xe siècle
Boethius, De institutione musica (Liber IV, cap. 18, Liber V, Capitula), fragment

Feuillet en minuscule caroline contenant un fragment du De institutione musica de Boèce (Liber VI, chap. 18 et Capitula). Il constitue la moitié supérieure du feuillet gauche du fragment R 1.1.10 des Archives d’Etat de Soleure. Il appartient au même manuscrit que les fragments de ces mêmes archives R 1.5.7, R 1.5.8 et R 1.1.11. Il fut probablement employé comme reliure d’un document d’archive du chapitre de la collégiale Skt Leodegar à Schönenwerd. (ber)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Solothurn, Staatsarchiv, R 1.1.10
Parchemin · 1 f. · 14.5 x 41.3 cm · Xe siècle
Boethius, De institutione musica (Liber IV, cap. 18, Liber V, Capitula, cap. 2), fragment

Partie inférieure d’un bifolio en minuscule caroline contenant un fragment du De institutione musica de Boèce (Liber VI, chap. 18 et Liber V, Capitula et chap. 2). La moitié supérieure de la partie gauche est constituée du fragment R 1.1.9 des Archives d’Etat de Soleure. Il appartient au même manuscrit que les fragments de ces mêmes archives R 1.5.7, R 1.5.8 et R 1.1.11. Il fut probablement employé comme reliure d’un document d’archive du chapitre de la collégiale Skt Leodegar à Schönenwerd. (ber)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Solothurn, Staatsarchiv, R 1.1.11
Parchemin · 1 f. · 14 x 21.3 cm · Xe siècle
Boethius, De institutione musica (Liber I, Proemium, cap. 2), fragment

Partie supérieure d’un feuillet en minuscule caroline contenant un fragment du De institutione musica de Boèce (Liber I, Proemium, chap. 2). Il appartient au même manuscrit que les fragments des Archives d’Etat de Soleure R 1.5.7, R 1.5.8, R 1.1.9 et R 1.1.10. Il fut probablement employé comme reliure d’un document d’archive du chapitre de la collégiale de Skt Leodegar à Schönenwerd. (ber)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Solothurn, Staatsarchiv, R 1.1.17
Parchemin · 2 ff. · 42 x 58.1 cm · Fulda · troisième quart du XIIe siècle
Légendier de Fulda

Bifolio provenant du troisième volume (mai-juin) d’un légendier de Fulda, composé à l’origine de six volumes, et commandé en 1156 par Rugger, prévôt du monastère de Frauenberg à Fulda. Le fragment contient des parties de la vie de Boniface par Otloh de Saint-Emmeram copié par Eberhard de Fulda. Le légendier fut utilisé encore au milieu du XVIe siècle par Georg Witzel (1501-1573) pour son Hagiologium seu de sanctis ecclesiae (Mayence 1541) et pour son Chorus sanctorum omnium. Zwelff Bücher Historien Aller Heiligen Gottes (Cologne 1554). D’autres fragments du troisième volume se trouvent à Bâle et à Nuremberg. Ils révèlent que celui-ci, comme au moins le sixième volume (novembre – décembre) du légendier, rejoignit Bâle où les deux volumes furent utilisés comme maculatures aux environs de 1580. Au folio 1r, dans la panse de l’initiale P est représenté Boniface, et au-dessous de lui le commanditaire du légendier, Rugger. (stb)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Solothurn, Staatsarchiv, R 1.5.7
Parchemin · 1 f. · 28.6 x 43.1 cm · Xe siècle
Boethius, De institutione musica (Liber I, cap. 18-19, 20), fragment

Bifolio en minuscule caroline contenant un fragment du De institutione musica de Boèce (Liber I, chap. 18-19, 20). Il appartient au même manuscrit que les fragments des Archives d’Etat de Soleure R 1.5.8, R 1.1.9, R 1.1.10 et R 1.1.11. Le bifolio servait de reliure au Liber fabricae sub littera C avec les comptes de 1522 à 1528 du chapitre de la collégiale Skt. Leodegar à Schönenwerd. (ber)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Solothurn, Staatsarchiv, R 1.5.8
Parchemin · 1 f. · 29.1 x 42.4 cm · Xème siècle
Boethius, De institutione musica (Liber I, cap. 23-24 ; Liber II, cap. 8), fragment

Bifolio en minuscule caroline contenant un fragment du De institutione muscia de Boèce (Liber I, chap. 23-24 et Liber II, chap. 8). Il appartient au même manuscrit que les fragments des Archives d’Etat de Soleure R 1.5.7, R 1.1.9, R 1.1.10 et R 1.1.11. Le bifolio servait de reliure au Liber Cellae sub littera AA avec les comptes de 1520 du chapitre de la collégiale Skt Leodegar à Schönerwerd. (ber)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Solothurn, Staatsarchiv, R 1.5.12
Parchemin · 1 f. · 29.5 x 43 cm · première moitié du Xème siècle
Musica enchiriadis (cap. VII.13-cap. IX.21), fragment

Bifolio en parchemin contenant une partie du traité de théorie musicale du IXe siècle, Musica enchiriadis. Longtemps attribué au moine bénédictin Hucbald, il est aujourd'hui considéré comme d'un auteur anonyme. Le bifolio a servi de reliure au Liber Cellae sub littera V avec les comptes de 1526 à 1528 du chapitre de Skt. Leodegar à Schönenwerd. (ber)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Tesserete, Archivio parrocchiale, codice 1
Parchemin · III + 190 pp. · 31.5 x 22.5 cm · Italie septentrionale (Milan) · 1342
Epistolarium ambrosianum

Le manuscrit, pratiquement inconnu jusqu’à nos jours, contient un épistolier de rite ambrosien. Il a été commandité en 1342 par le prêtre Giacomo de Parazo pour une église dédiée à S. Fermo, non identifiée. Le manuscrit arriva probablement au XVe/XVIe siècle dans le territoire ambrosien de Tesserete (canton du Tessin) où il fut démantelé et relié à nouveau avec l’ajout d’une copie d’un testament – d’authenticité douteuse – rédigé en 1078 par Contessa, de la ville de Milan, en faveur de l’église de S. Stefano à Tesserete. Au XVIIe siècle, le codex était en possession de la famille de notaires Verdoni et depuis le XXe siècle il est conservé auprès de la paroisse de Tesserete. Il présente sur la page d’ouverture une initiale enluminée figurant le saint patron du diocèse de Milan, Saint Ambroise.  (ber)

En ligne depuis: 14.12.2017

Documents: 62, affichés: 41 - 60