Documents: 49

Toutes les bibliothèque et les collections

Preview Page
Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 46
Parchemin · 265 ff. · 34.9 x 22.9 cm · Italie (Florence) · XVIème siècle (ca. 1513-1521)
Cassiodorus, Variae

Codex élégant rédigé dans une écriture humanistique et commandité par le pape Léon X († 1521). L’armoirie des Medici occupe le centre des plats de la reliure originale, dans la riche frise qui orne le frontispice, et dans les initiales aux ff. 3v et 134v. Le décor est attribué au célèbre enlumineur florentin Attavante degli Attavanti († 1525) ou à son entourage. Il provient de la collection du Major J.R. Abbey. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 65
Parchemin · 77 ff. · 34.8 x 24.8 cm · France (?) · deuxième moitié du XIIème siècle
Eusebius Caesariensis, Historia ecclesiastica · Rufinus Aquileiensis, Historia ecclesiastica (I-II)

Manuscrit probablement d’origine française, contenant l’Historia ecclesiastica d’Eusèbe de Césarée dans la traduction de Rufin et les livres I-II du supplément de Rufin. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 70
Parchemin · 114 ff. · 19.5 x 13 cm · Angleterre · XVème siècle
Galfredus Monumetensis, Historia regum Britanniae

Le manuscrit, d’origine anglaise, contient l’Historia Regum Britannie de Geoffrey of Monmouth (env. 1100-1154). A la fin du texte (114v), le scribe a transcrit quelques annotations à propos de l’Heptarchie anglo-saxonne, une notice sur Edouard Ier, roi d’Angleterre, et sur la défaite subie par Edouard II à Bannockburn. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 71
Parchemin · I + 49 + I ff. · 29.1 x 21.5 cm · XVème siècle
Gervais du Bus, Roman de Fauvel

Le Roman de Fauvel est un poème français en vers écrit au XIVème siècle par différents auteurs parmi lesquels le clerc Gervais du Bus. Il est conservé dans pas plus de 15 manuscrits. En usant de la métaphore d’un âne devenu maître de la maison de son propriétaire, ce poème se livre à une critique de la corruption de l’Eglise et du système politique. Le manuscrit, rédigé dans une écriture bâtarde, est resté incomplet dans sa décoration. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 73
Papier · 154 ff. · 28.5 x 21 cm · Bavière · 1461
Gesta romanorum (all.)

Le manuscrit contient une version allemande de la Gesta Romanorum, une collection d’anecdotes et de récits à l’origine en latin, compilée à la fin du XIIIème siècle ou au début du XIVème siècle. Elle jouit d’un grand succès durant tout le Moyen Âge et fut imprimée à plusieurs reprises. Le codex fut écrit en 1461 (f. 150vb), en Bavière. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 76
Parchemin · II + 166 ff. · 31.3 x 22 cm · Italie · XIIème siècle
Gregorius Magnus, Homiliae in Ezechielem

Le codex d’origine italienne contient les Homiliae in Ezechielem de Grégoire le Grand. Sur le f. 1r se lit l’anathème Quicumque eum vendiderit vel alienaverit vel hanc scripturam raserit anathema sit, et un ex-libris partiellement erasé qui mentionne un couvent de sainte Agnès. Il fut acquis par Martin Bodmer en 1962 et appartenait peut-être à l’église San Giorgio Maggiore à Venise, puis à l’abbé Celotti, à la bibliothèque de Thomas Phillips et à sir Sydney Cockerell. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 80
Parchemin · I + 43 + I ff. · 18.7 x 14-14.7 cm · Allemagne (Tegernsee?) · Xème, XIème, XIIIème siècle
Gunzo Novariensis, Epistula ad Augienses · Lampertus Hersfeldensis, Vita S. Lulli Moguntini · Concilium Lateranense IV, Canones seu Decreta

Manuscrit composé de trois parties. La première (ff. 1r-20v) contient la plus ancienne version de l’Epistola ad Augienses de Gunzo et est datable du Xème siècle. La seconde (ff. 21r-27v), probablement le noyau originel du codex auquel ont été unies les deux autres parties, transmet l’autographe du texte de Lambert de Hersfeld de la Vita s. Lulli episcopi Moguntini et date du XIème siècle. Dans la troisième partie (ff. 28r-43v) du XIIIème siècle, sont transcrites les Constitutiones du Concile de Latran IV (1215). Le codex provient du monastère bénédictin de Tegernsee (la première partie du codex est mentionnée dans le catalogue de la bibliothèque de ce monastère), puis il rejoint la collection des princes Oettingen-Wallerstein et est ensuite vendu par les antiquaires Rosenthal, en 1948, à Martin Bodmer. Les anciennes pages de garde constituent des fragments d’un manuscrit liturgique provenant du diocèse de Freising. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Einsiedeln, Stiftsbibliothek, Codex 79(522)
Parchemin · 109 pp. · 24.5 x 19 cm · Einsiedeln · Xème siècle
Musica enchiriadis

Ce codex, datable du Xème siècle, contient le Musica enchiriadis (2-27), un traité de théorie musicale datant du IXème siècle, qui s’efforce d’élaborer une série de règles pour la composition polyphonique, et les notes du commentaire Scolica enchiriadis (27-45, 66-102). Pour illustrer graphiquement la musique, l’on a utilisé la notation dasienne. Pendant longtemps attribué à Hucbald, ce traité est aujourd’hui considéré comme l’oeuvre d’un auteur anonyme. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Einsiedeln, Stiftsbibliothek, Codex 193(66)
Parchemin · II + 218 (220) ff. · 35.3 x 23.7 cm · Suisse (Einsiedeln?) ou Autriche · XIIème siècle
Decretum Gratiani

Manuscrit du XIIème siècle (1170-1190) probablement copié en Suisse (Einsiedeln?) ou en Autriche. Il contient l’introduction In prima parte agitur (fol. 1r-7ra) et le Decretum de Gratien [Σ-group, cf. C. Wei, A Discussion and List of Manuscripts Belonging to the Σ-group (S-group)] (fol. 7ra-217va); une additio (du fol. 167vb au C.29: Adrianus papa Eberhardo Salzeburgensi archiepiscopo. ‘Dignum est et a rationis... [JL 10445: 1154-59]); divers extraits des gloses (arasés au fol. 21a), et des excerpta de la Summa de Rufin (cfr. R. Weigand, Die Glossen zum Dekret Gratians. Studien zu den frühen Glossen und Glossenkompositionen, Roma 1991, pp. 737-740); des fragments de la Glose ordinaire de Bartholomaeus Brixiensis (France, milieu du XIIIème siècle) ont été copiés sur la rasura aux fol. 6va-9va. (mur)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Einsiedeln, Stiftsbibliothek, Codex 250(382)
Parchemin · 426 (428) pp. · 29.6 x 23.6 cm · Einsiedeln · XIIème siècle
Vitae Sanctorum

Le manuscrit constitue, avec les 247(379), 248(380) et 249(381), le dernier des quatre tomes d’une collection de vies de saints et de passions de martyrs, réparties selon l’année liturgique. Les quatre volumes furent sans doute utilisés à Einsiedeln, où ils furent aussi probablement réalisés. Chaque vie est introduite par une grande initiale rubriquée et le long des marges sont insérées de nombreuses gloses et manicules de Heinrich von Ligerz. Les anciennes pages de garde, aujourd’hui détachées, ont laissé à l’intérieur des couvertures les traces d’un texte liturgique avec des neumes et, dans celle de l’arrière, d’une initiale enluminée. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Einsiedeln, Stiftsbibliothek, Codex 298(119)
Parchemin · 146 pp. · 34 x 26.8 cm · France/Lotharingie · Xème siècle
Boetii geometria et musica

Boèce est l’auteur des deux traités transmis dans ce manuscrit du Xème siècle: le De geometria (1-22) et le De musica (23-145). Les deux textes sont entourés de nombreux dessins et de gloses marginales et interlinéaires. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Einsiedeln, Stiftsbibliothek, Codex 312(541)
Parchemin · 296 ff. · 23.5 x 29.6 cm · Allemagne du sud/Suisse · Xème/XIème siècle
Prudence: Praefatio, Cathemerinon, Apotheosis, Hamartigenia, Psychomachia, Contra Symmachum et Peristephanon

Le manuscrit contient plusieurs œuvres de Prudence et est écrit par différents copistes. Le texte est entouré de gloses essentiellement interlinéaires ; la plus grande partie d’entre elles en langue latine, quelques-unes en dialecte alémanique. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Einsiedeln, Stiftsbibliothek, Codex 671(655)
Papier · 164 ff. · 21 x 13.5/14 cm · Zürich, couvent des dominicaines de St. Verena · 1449
Vies de saints

En plus de la vie de Benoît selon les Dialogi de Grégoire, dans une traduction qui semble n’exister que dans ce Cod. 671 (selon Werner Williams-Krapp), le manuscrit réalisé dans le couvent des dominicaines de St. Verena à Zürich, en 1449, contient la traduction de trois autres légendes de saints dominicains du XIIIème siècle : elles ne sont transmises que dans ce codex peu étudié et n’ont encore jamais éditées. La première est l’une des trois versions de la traduction de la Vita S. Dominici de Dietrich von Apolda; une autre est la traduction de la Legenda maior de l’inquisiteur Pierre de Milan (connu aussi sous le nom de Pierre Martyr ou Pierre de Vérone), rédigée par Thomas Agno de Lentino, suivie de la bulle de canonisation d’Innocent IV de 1253. Il faut remarquer que la traduction de la bulle contient aussi une légende de Pierre, qui, selon Regina D. Schiewer, est indépendante de celle de Thomas Agno. Si les traductions de légendes de saints en langue alémanique contenues dans ce Cod. 671 devaient avoir été rédigées vers 1300 (comme le suppose Schiewer), alors la version (abrégée?) de la traduction de la vie de Dominique contenue dans le Cod. 671 constituerait le plus ancien témoignage de la présence des Révélations de Mechtild de Magdebourg en Allemagne du sud-ouest, puisque le chapitre final du cinquième livre de la vie de Dominique (cfr. ff. 80v-82r) se fonde sur des extraits de la traduction latine du Das Fließende Licht der Gottheit. (nem)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, COD 1075
Parchemin · 9 + 103 + 4 pp. · 49.5 x 35 cm · Lucerne · 1739
Copie calligraphiée de la lettre jurée de Lucerne (« Geschworener Brief »)

La lettre jurée (« Geschworener Brief »), rédigée pour la première fois en 1252, se compose principalement de règlements de droit pénal destinés à assurer la paix intérieure. Assez rapidement, elle acquit la valeur d’un contrat social périodiquement révisé et sur lequel l’assemblée annuelle de la communauté prête serment. COD 1075 présente la dernière version dans une forme spéciale: le texte fut rédigé d’une manière très luxueuse au point de vue calligraphique par le chancelier Josef Corneli Mahler; les articles sont introduits par des initiales artistiques et accompagnés de figures (qui n’ont cependant aucun rapport avec le texte). La reliure avec ais de bois fut recouverte de velours de couleur bleue et blanche et ornée de coins renforcés, de fermoirs et de bossettes en forme d’écu, en argent. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, COD 1080
Parchemin · 256 ff. · 47 x 22 cm · Lucerne · 1433
Silbernes Buch (Livre d'argent)

Le chancelier de la ville Egloff Etterlin écrivit, en 1433, un cartulaire contenant les transcriptions des actes de droit public les plus importants pour la ville de Lucerne, accompagnées de leur traduction en latin. Le cartulaire permettait au conseil un accès rapide aux textes et servait de répertoire des actes originaux conservés dans le château d’eau ("Wasserturm"). Les transcriptions des 150 actes (avec 21 traductions) ne présentent pas les textes dans un ordre chronologique, mais les répartissent selon un classement thématique. Elles ont été réalisées par différents secrétaires de la chancelerie de Lucerne et couvrent une période allant jusqu’en 1492. Le volume doit son nom à la superbe reliure de 1505 constituée d’ais de bois revêtus de velours et de taffetas, décorée de bossettes argentées et de fermoirs sur lesquels sont représentées les armoiries de Lucerne. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, COD 3655
Parchemin · 1 + 71 + 2 ff. · 31 x 23.5 cm · Lucerne · 1357-1479
Livre des bourgeois 1 (1. Bürgerbuch)

Le COD 3655 constitue de fait un « Stadtbuch » , puisque le volume, en plus d’une liste des nouveaux bourgeois jusqu’en 1441 (en réalité, le plus ancien registre des bourgeois, de la main du chancelier de la ville Werner Hofmeier, fol. 1r-53v), contient également des statuts, des copies d’actes, des notices relatives à l‘administration (parmi lesquelles un inventaire du trésor de la chapelle saint Pierre, fol. 19r et une instruction pour la nouvelle horloge « am Graggenturm » , fol. 24r) et des annotations de chronique. Parmi ces dernières, figurent des notices sur les batailles de Sempach (fol. 22r), Näfels (fol. 22r) et Arbedo (fol. 49r). La reliure, composée d’ais de bois revêtus de cuir de porc sur lequel sont peintes les armoiries de Lucerne, date de la seconde moitié du XVIème siècle. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, COD 3665
Parchemin · 38 + 3 ff. · 40 x 30 cm · Lucerne · 1479-1572
Livre des bourgeois 2 (2. Bürgerbuch)

Le second livre des bourgeois contient l’admission des nouveaux bourgeois de Lucerne depuis 1479 jusqu’à 1572. Le volume constitue une source précieuse pour étudier l’immigration vers Lucerne, puisque les entrées mentionnent non seulement le nom des nouveaux bourgeois, mais aussi leur origine exacte. D’autre part, il témoigne du repli progressif de la bourgeoisie lucernois au cours du XVIème siècle, lorsque toujours moins de nouveaux venus obtiennent les droits de cité. Ce volume représentatif, relié en cuir, contient en plus de la liste originale, ordonnée selon les prénoms des bourgeois, un index de l’archiviste de la ville Joseph Schneller († 1879). (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, KA 140
Papier · 129 + 21 ff. · 20 x 16.5 cm · 1718
Claviculus Salomonis

Dans le cadre d’un grand procès contre des nécromanciens et des chercheurs de trésor en 1718, les autorités lucernoises ont séquestré cette copie très soignée du Schlüssel Salomos, un livre de magie apparemment très diffusé dans les cercles d’intéressés et qui circulait dans diverses versions. En usant du rituel décrit dans ce livre pour l’évocation des esprits, les personnes de l’entourage du prêtre Hans Kaspar Giger espéraient pouvoir accéder à la richesse. Le volume fut considéré par les autorités comme « superstitieux », scellé et enfermé dans les archives. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, KF 80
Parchemin · 4 + 67 + 6 ff. · 42 x 28.5 cm · Lucerne · après 1500
Obituaire du couvent franciscain de Lucerne

Le plus ancien nécrologe du couvent franciscain de Lucerne n’est pas conservé; KF 80 est le deuxième obituaire qui reprend des parties du premier volume perdu et dont les entrées s’étendent jusqu’en 1734. Deux importantes familles de donateurs, particulièrement liées au couvent, sont spécialement commémorées dans des sections séparées avec leurs armoiries familiales, les Martin (fol. 17v) et les Sonnenberg (fol. 62-63v). Le volume rejoignit les archives de l’Etat avec toutes les archives du couvent, après sa sécularisation, en 1838. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, KU 4a
Papier · 240 + 13 ff. · 38.5 x 29 cm · Lucerne · environ 1470
« Weissbuch » du monastère de St. Urban

Avec le « Schwarzbuch » (KU 4b), cet urbarium (rentier) offre une vue d’ensemble des droits et des possessions de l’abbaye cistercienne, qui avait atteint son apogée économique dans la seconde moitié du XVème siècle. Des copies d’actes et des recueils de droits et de devoirs, ordonnés selon des critères géographiques, documentent l’ensemble des proporiétés du monastère. Le « Weissbuch » comprend le domaine central de la seigneurie de St. Urban autour de Pfaffnau et de Roggliswil et dans la Haute-Argovie bernoise. Le volume rejoignit les archives de l’Etat avec les archives du monastère après sa sécularisation, en 1838. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, KU 4b
Papier · 291 ff. · 38.5 x 29 cm · Lucerne · vers 1470
« Schwarzbuch » du monastère de St. Urban

Avec le « Weissbuch » (KU 4a), cet urbarium (rentier) offre une vue détaillée des droits et des possessions de l’abbaye cistercienne, qui avait atteint son apogée économique dans la seconde moitié du XVème siècle. Des copies d’actes et des recueil de droits et de devoirs, ordonnés selon des critères géographiques, documentent l’ensemble des proporiétés du monastère. Le « Schwarzbuch » contient les sources qui concernent les propriétés dans le domaine de l’intendance (Schaffnerei) de Zofingen et Sursee, qui s’étendaient jusque dans le canton de Soleure et dans la région de Bâle. Le volume rejoignit les archives de l’Etat avec les archives du monastère après sa sécularisation, en 1838. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, KU 626
Parchemin · 78 pp. · 38.5 x 28-29 cm · Lucerne · début du XVème s., 1390 et après 1408
Obituaire du monastère de St. Urban

Le plus ancien obituaire du monastère de St. Urban, qui se présente avec une reliure en ais de bois du XVIème siècle, n’est malheureusement conservé que de manière fragmentaire. La première partie (fol. 3-14v) comprend le nécrologe du monastère; la seconde partie contient le Liber anniversariorum benefactorum incomplet (seulement 1-12 janvier, 1 mai-1 septembre, 4-7 septembre, 22 septembre-31 décembre), avec des ajouts; la troisième partie comprend l'Officium defunctorum, une litanie et des ajouts, ainsi qu’une liste des membres de la confrérie laïque du monastère. Le volume rejoignit les archives de l’Etat avec les archives du monastère après sa sécularisation. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, PA 178/508
Papier · 170 ff. · 28 x 21 cm · XV-XVIIèmes siècles
Livre de recettes

L’état de conservation précaire du volume (la reliure et plusieurs fascicules manquants, les coutures défaites, les changements de couleur dus à diverses substances) témoignent de l’usage intensif auquel fut soumis le volume au cours des siècles. Les recettes qui couvrent divers domaines (médecine humaine et vétérinaire, cuisine), datent du XVème au XVIIème siècle. Le mansucrit fut déposé aux archives de l’Etat avec les archives de la famille patricienne lucernoise des Balthasar. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, PA 261
Papier · 99 ff. · 21.5 x 15.5 cm · XVème siècle
Schüpfheimer Codex

L’origine exacte de ce manuscrit n’est pas connue; l’écriture et la langue laissent supposer qu’il provient du sud de la région alémanique. Les contenus concernant l’astrologie, la greffe des arbres, les saignées, les préceptes de santé, l’urologie et les recettes proviennent de sources connues pour la plupart et concordent en grande partie avec le Codex 102b de la Zentralbibliothek de Zürich. Le rédacteur ne devait pas faire partie d’un milieu académique, mais être plutôt un « praticien de la médecine », de sorte que le volume se caractérise comme un « manuel pratique de médecine populaire », probablement le plus ancien de ce type. Il constitue en outre la plus ancienne source pour ledit « Corpus iatromathématique ». (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Luzern, Staatsarchiv, PA 437/9
Parchemin · 30 ff. · 28 x 17 cm · Suisse orientale · 1541
Livre de la famille de Hans von Hinwil

Selon quelques indications, Hans von Hinwil, propriétaire du château de Elgg (1498-1544), rédigea son livre de famille en 1541. Après une introduction sur l’histoire de la famille, suivent, par ordre chronologique, les armoiries des ancêtres. Le manuscrit peut donc être comparé à d’autres célèbres livres de famille, comme celui des seigneurs de Eptingen, ou des seigneurs de Hallwyl; il constitue ainsi un exemple isolé pour la Suisse orientale de la formation d’une tradition noble en paroles et en images. (jag)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Schaffhausen, Stadtbibliothek, Ministerialbibliothek, Min. 53
Parchemin · 168 ff. · 27 x 20 cm · Schaffhouse · 1080-1096
Gregorius I. Papa

Quatrième partie d’un exemplaire en six volumes des Moralia in Iob de Grégoire (Min. 50-55), catalogué dans l’inventaire de la bibliothèque du monastère de Tous-les Saints d’env. 1100 (Min. 17, f. 306v). Elle contient les livres 17 à 22 et s’intitule au f. 1r IIII. pars. Ce manuscrit soigné est écrit en pleine page et sans décoration, à l’exception d’une initiale à entrelacs végétaux. Au XVème siècle, le codex reçut, comme beaucoup d’autres, une nouvelle reliure en cuir avec des bossettes en métal et deux fermoirs ainsi qu’une étiquette avec le titre (1r). Pour les pages de garde ont été utilisés, de même que pour Min. 20, Min. 24, Min. 40 et Min. 55, des fragments d’un obituaire du monastère de Tous-les Saints du XIVème siècle (f. 169r-v; la page de garde antérieure a été perdue). (spe)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Schaffhausen, Stadtbibliothek, Ministerialbibliothek, Min. 54
Parchemin · 102 ff. · 27.5 x 20.5 cm · Schaffhouse · 1080-1096
Gregorius I. Papa

Cinquième partie d’un exemplaire en six volumes des Moralia in Iob de Grégoire (Min. 50-55), catalogué dans l’inventaire de la bibliothèque du monastère de Tous-les Saints d’env. 1100 (Min. 17, f. 306v). Elle contient les livres 23 à 37 et s’intitule au f. 3r quinta pars. Ce manuscrit soigné est écrit en pleine page et sans décoration, à l’exception d’une initiale à entrelacs végétaux en pleine page, non complétée, dans la page de l’incipit (3r). Pour les contre-gardes et les pages de garde de la reliure romane ont été utilisés des bi-feuillets d’un autre codex provenant également de Schaffhouse et contenant une copie du livre 23 des Moralia (f. 1v2v, 100r101v). (spe)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Schaffhausen, Stadtbibliothek, Ministerialbibliothek, Min. 55
Parchemin · 187 ff. · 27.5 x 20.5 cm · Schaffhouse · 1080-1096
Gregorius I. Papa

Sixième partie d’un exemplaire en six volumes des Moralia in Iob de Grégoire (Min. 50-55), catalogué dans l’inventaire de la bibliothèque du monastère de Tous-les Saints d’env. 1100 (Min. 17, f. 306v). Elle contient les livres 28 à 35. Ce manuscrit soigné est écrit en pleine page par différents scribes, avec la page de l’incipit décorée (2v), une initiale à entrelacs végétaux en pleine page (3r) et d’autres initiales à entrelacs au début de chaque livre. A la fin (183v-185v), ont été transcrits quatres documents des années 1090-1122. Au XVème siècle, le codex reçut, comme beaucoup d’autres, une nouvelle reliure en cuir avec des bossettes en métal et deux fermoirs ainsi qu’une étiquette avec le titre (1r). Pour les pages de garde ont été utilisés, de même que pour Min. 20, Min. 24, Min. 40 et Min. 53, des fragments d’un obituaire du monastère de Tous-les Saints du XIVème siècle (1r-v et 186r-v). (spe)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Sion/Sitten, Archives de l'Etat du Valais/Staatsarchiv Wallis, S 109
Parchemin · 1 f. · ca. 800 x 47 cm · France (Paris?) · fin du XIVème-début du XVème siècle
Les six âges du monde

Réalisé en France à la fin du XIVe siècle ou au tout début du XVe siècle, le manuscrit des Six âges du monde apparaît dès la fin du Moyen Age dans l’une des plus importantes bibliothèques valaisannes, celle de la famille Supersaxo, conservée aujourd’hui à la Médiathèque Valais-Sion et (pour ce manuscrit) aux Archives de l’Etat du Valais à Sion. Cet ouvrage est remarquable à plus d’un titre. D’une part, il se présente sous le format peu usité du rouleau, format réservé, entre autres, au genre de la chronique universelle auquel il appartient. D’autre part, il est traversé, tout au long de ses huit mètres, par un arbre généalogique complexe rendant compte de la succession d’Adam à la Nativité du Christ. Accompagnant cet imposant dispositif graphique, de nombreux dessins, que le style rapproche d’œuvres parisiennes, ornent ses colonnes. De plus, cet exemplaire n’est pas unique, puisque la Bibliothèque municipale de Reims possède un rouleau semblable (ms. 61), illustré certainement par le même maître. (rou)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
St. Gallen, Kantonsbibliothek, Vadianische Sammlung, VadSlg Ms. 69
Papier · 170 ff. · 21.5 x 16 cm · Saint-Gall · dernier quart du XVème siècle, avant 1495
Casus Sancti Galli

Le manuscrit, écrit à la fin du XVème siècle, contient une chronique, oeuvre de divers auteurs, sur l’histoire du monastère de Saint-Gall à l’époque du haut Moyen Âge et du Moyen Âge et quelques Quaestiones théologiques. La chronique est précédée de la liste des abbés, depuis l’abbé fondateur Otmar jusqu’à Berchtold von Falkenstein (1244-1272). A la fin, a été ajoutée une seconde liste des abbés qui se poursuit jusqu’en 1503. (gam)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
St. Gallen, Kantonsbibliothek, Vadianische Sammlung, VadSlg Ms. 70
Papier · 280 ff. · 29 x 20.5 cm · Saint-Gall · après la milieu du XVème siècle
Casus Sancti Galli; Vitae sanctorum

Le volume composite très imposant réunit le Casus Sancti Galli, l’histoire du monastère de Saint-Gall à l’époque du haut Moyen Âge et du Moyen Âge et 50 vies de saints de diverses longueurs, parmi lesquelles celles des saints de Saint-Gall, Gall, Otmar et Wiborada. Il a été réalisé dans les années 50 de 1400, lorsque les rapports entre le monastère et la ville de Saint-Gall s’éclaircirent et que le monastère entreprit de vastes réformes. (gam)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B283
Papier · 11 ff. · 29.2-32.2 x 20-22 cm · Venise · 1553-1555
Documents concernant la condamnation et l’autodafé du Talmud

Ce recueil de 11 documents en italien concernant la condamnation et l’autodafé du Talmud est en lien avec l’une des périodes les plus sombres de l’histoire du livre hébraïque. Ce recueil constitue un compte-rendu plus ou moins chronologique des événements et faisait probablement partie du dossier d'un inquisiteur vénitien. Il reproduit une liste (regesta) de six brefs pontificaux de 1518 à 1537, dans lesquels les papes Léon X, Clément VII, et Paul III accordent à Daniel Bomberg l’autorisation d’imprimer des livres juifs à Venise. Il comprend également d’autres documents : instructions pour la recherche de contenu hérétique dans les livres hébraïques par des juifs convertis, copies d'importants décrets pontificaux et rapports sur les événements survenus à Rome et à Venise. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B345
Parchemin · 1085 pp. · 49.5 x 36 cm · [Allemagne] · 1355
Mischne Tora

Au cours des plus de 650 ans qui se sont écoulés depuis sa réalisation, ce manuscrit de la Mischne Tora, un recueil de lois juives de Moses Maimonides, a passé entre plusieurs mains. Plusieurs remarques et citations indiquent que plusieurs importants rabbins askhénazes ont pu l’utiliser, tels que Jakob Weil, un érudit et rabbin du XVème siècle, actif à Nuremberg, Augsbourg, Bamberg et Erfurt. Comme l’on peut le déduire de notes de possession plus tardives, le manuscrit parvint dans des régions lointaines, comme l’empire ottoman, le Kurdistan, l’Angleterre ou Jérusalem. La page 1021 présente une illustration en pleine page avec un portail architectural décoré en style gothique. Deux fines colonnes, allongées d’une façon maniériste, supportent un tympan décoré d’entrelacs floraux sur un fond bleu, dans lequel figure le nom du chapitre Sefer schoftim (« livre des Juges »). Il y a aussi cinq médaillons, dont deux contiennent la silhouette d’un rapace en position d’attaque. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K21
Parchemin · 1 f. · 66.6 x 56.7 cm · Gibraltar · 1822
Ketubah (כתובה), Gibraltar, 4 Tevet 5583 (18 décembre, 1822)

Au moment où cette ketubah a été réalisée, la plus grande partie du commerce de détail de Gibraltar était aux mains de la communauté sépharade ; beaucoup de ses membres provenaient des régions voisines d’Afrique du Nord. Ce contrat de Gibraltar appartient à la première période de décoration locale des ketubah, bien que quelques éléments laissent déjà présager les développements plus tardifs. Dans la partie supérieure, sont représentés deux lions, accroupis dos à dos, soutenant sur leurs épaules les tables avec les dix commandements abrégés. Cette composition rappelle la partie supérieure d'une arche sainte et, de fait, elle est surmontée d’une couronne, c’est-à-dire celle de la Torah. Les lions accroupis sont entourés de vases de fleurs. Dans les bordures, en dessous d’une draperie théâtrale et de trompettes suspendues par des rubans, sont représentées des urnes placées sur des bases de colonnes fantaisistes. Plusieurs éléments dans ce contrat de mariage sont caractéristiques des ketubot de Gibraltar. Le mot initial, mercredi jour du mariage, est comme d'habitude agrandi et décoré. Le monogramme en lettres latines, en bas au centre, est également typique. Les initiales SJB se réfèrent aux prénoms (Salomon, Judith) et au nom de famille (Benoleil) des deux époux. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K29
Parchemin · 1 f. · 80.8 x 54.3 cm · Ancone · 1789
Ketubah (כתובה), Ancone, 14 Tishri 5550 (4 octobre 1789)

Ce contrat de mariage fut rédigé à la demande de la ville portuaire d'Ancone sur l'Adriatique, où résidait l'une des plus importantes communautés juives d'Italie et qui était aussi l'un des centres les plus renommés de production de ketubbot. La scène principale, en haut au centre, représente le prophète Elie qui monte au ciel sur un char de feu, tandis que son élève émerveillé Elisée le regarde d'en bas. La scène joue sur le premier prénom de l'époux, Elischa. Les deux autres épisodes bibliques sont insérés dans des cartouches sur les côtés. A droite, la scène du triomphe de Mardochée, qui rappelle le second prénom de l'époux, et à gauche, la scène avec David qui tient tête à Goliath, en référence au prénom du père de l'épouse, David Camerino. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K37
Parchemin · 1 f. · 40.3 x 33.3 cm · Amsterdam · 1668
Ketubah (כתובה), Amsterdam, 2 Nisan 5428 (14 mars 1668)

Sous l'influence des artistes italiens de ketubah, l'habitude de décorer les contrats de mariage a repris vie au début du XVIIème siècle à Amsterdam. A la fin des années 1640, le graveur juif bien connu Shalom Italia a créé un cadre en cuivre pour les ketubot de la communauté hispano-portugaise, qui a inspiré par la suite un artiste local anonyme dans la création d’une nouvelle version modifiée de cette bordure, présente dans cette ketubah de 1668 de la collection Braginsky. Ce cadre décora les ketubot sépharades produites à Hambourg, Bayonne, Londres, New York et Curaçao, pendant plus de deux cents ans. Le texte calligraphique commémore le mariage de Daniel Tzemah Aboab, un médecin sépharade connu. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K40
Parchemin · 1 f. · 69.2 x 46 cm · Ancone · 1795
Ketubah (כתובה), Ancone, 13 Adar 5555 (4 mars 1795)

Cette ketubah décorée, comme la K29 de la collection Braginsky produite six ans auparavant, représente l’apogée de l’illustration de ketubah à Ancone. Le texte de cette ketubah est placé au centre sous un arc supporté par deux colonnes ornées. Tandis que dans les plus anciens exemplaires connus de ketubot provenant de Genizah en Egypte, il était habituel d’utiliser des arcs comme éléments du cadre, les lettres dorées inscrites ici dans les tympans bleus ajoutent une autre signification. Les six lettres hébraïques, un acronyme du psaume 118, 20: « Voici la porte de l'Eternel: C'est par elle qu'entrent les justes. », signifie symboliquement que les époux entrent dans une nouvelle étape sacrée de leur vie, en passant sous la porte céleste. Une représentation du sacrifice d’Isaac, faisant allusion au deuxième prénom, Isaac, du marié, s’insère dans un cartouche, en haut au centre. Cette scène, symbole de la fidélité et de la promesse messianique qui apparaît dans plusieurs ketubot italiennes, a été l’histoire biblique la plus populaire dans l’art juif au cours du temps. La figure féminine placée à côté n’a pas encore été identifiée. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K41
Parchemin · 1 f. · 74 x 45.8 cm · Rome · 1798
Ketubah (כתובה), Rome, 22 Sivan 5558 (6 juin 1798)

L’ornementation de cette ketubah, qui commémore un mariage entre deux importantes familles du ghetto romain, les Toscano et les Di Segni, reflète l’âge d’or de la décoration des ketubbot à Rome. La corniche décorative est divisée en deux cadres, l’un intérieur et l’autre extérieur. Les marges latérales du texte sont ornées de fleurs peintes sur un fond doré. Dans la corniche extérieure, des inscriptions micrographiques entrelacées forment des surfaces en forme de diamant, chacune contenant une grande fleur. Les dessins à l’intérieur et à l’extérieur des cadres sont entourés de minuscules lettres hébraïques carrées, qui toutes ensemble reproduisent le quatrième chapitre du livre de Ruth. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, S8
Parchemin · 1 f. · 8 x 88 cm · Italie · Rouleau: Italie, XVIIIème siècle / Etui: Venise ou Rome, XVIIème siècle
Megillat Esther (מגילת אסתר) / Rouleau d’Esther

Les objets de cérémonie juifs réalisés en or, tels que cet étui de rouleau d’Esther, étaient particulièrement rares, étant donné que les objets pour les synagogues et d’usage privé étaient habituellement faits d’argent ou d’autres matériaux moins précieux. L’étui cylindrique de ce rouleau est orné avec de délicats filigranes appliqués. D’un vase placé au milieu émerge un riche entrelacs de rameaux de vigne avec branches et fleurs qui s’étend sur l’ensemble de la surface de l’étui. Les grandes fleurs soutiennent ou encadrent les objets associés au Temple saint de Jérusalem. Bien que ce genre de motifs se rencontre fréquemment sur des objets métalliques destinés aux rites juifs en Italie, ils ne sont pas spécialement reliés avec l’histoire d’Esther. De plus, les Dix Tables de la loi sont placées sur le plus grand motif central, une couronne composée de petites fleurs dont la forme ressemble à celle des tournesols. Il y a deux étuis de rouleaux d’Esther semblables, sans doute réalisés par le même artiste. Ils ont été localisés au XVIIème siècle à Rome ou Venise. Ce rouleau sans décor date probablement du XVIIIème siècle. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, S12
Parchemin · 1 + 1 f. · 22.2 x 137 cm + 22.8 x 17.4 cm · Italie · env. 1775
Megillat Esther (מגילת אסתר) / Rouleau d’Esther

Cette megillah est rehaussée par des dessins architecturaux qui se répètent, peints à la main. Le texte est placé entre des colonnes de marbre en alternance droites ou en spirale. Les juifs d’Italie associaient les colonnes torses avec celles du Temple de Salomon, qu’ils croyaient avoir été transporté à Rome par Titus et peut-être placé dans la basilique Saint-Pierre au Vatican. En terme de style, ce rouleau ressemble aux ketubot enluminées, produites à Ferrare et à Mantoue. Une feuille de parchemin isolée accompagne ce rouleau qui, en plus de bénédictions, contient une hymne liturgique, korei megillah, recitée par les Juifs d’Italie. Les rabbins ne s’accordaient pas sur le fait qu’un rouleau d’Esther puisse contenir des textes étrangers au livre d’Esther. Ainsi, dans de nombreuses communautés, cela conduisit à la pratique d’ajouter un feuillet non relié contenant les trois bénédictions traditionnellement récitées avant la lecture des megillah. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, S13
Parchemin · 1 f. · 24 x 225 cm · Venise · 1746
Megillat Esther (מגילת אסתר) / Rouleau d’Esther

Les bordures de ce rouleau d’Esther sont dominées par une arcade baroque subdivisée en quatre colonnes distinctes. Les arches sont surmontées par une balustrade soutenant des vases de fleurs, des médaillons vides, des ornements floraux et divers oiseaux, parmi lesquels un aigle à deux têtes couronnées et un paon. Les scènes du récit d’Esther sont placées au pied de chacune des dix-neuf colonnes de texte. La bordure gravée du rouleau fut dessinée par Francesco Griselini (1717-1787), un savant, artiste et éditeur italien, dont les dessins gravés dans les bordures devinrent très populaires en Italie au XVIIIème siècle. Dans ces illustrations, Griselini a voué une attention particulière aux éléments architecturaux et à la perspective spatiale. La signature imprimée de l’artiste figure en bas à gauche de chaque feuillet de parchemin. La dernière scène, placée sou la dernière arche, se rencontre rarement dans les rouleaux d’Esther illustrés. Elle dépeint le Messie chevauchant un âne, représentant le retour à Jérusalem du peuple hébreu en exil. Le texte de ce rouleau a été écrit par l’habile artiste et copiste Aryeh Leib ben Daniel. Dans sa souscription finale, qui suit les bénédictions conclusives, il informe le lecteur qu’il a écrit ce rouleau à Venise, en hiver 1746. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, S17
Parchemin · 1 f. · 27.6 x 227 cm · Amsterdam · vers 1675
Megillat Esther (מגילת אסתר) / Rouleau d’Esther

Ce rouleau hollandais, richement illustré, se distingue par ses trente-huit illustrations peintes à l’encre sépia. La décoration du rouleau débute avec un arc de triomphe rappelant les arcs de triomphe romains construits pour les fêtes impériales en Europe, du XVème au XIXème siècle. Le rouleau contient aussi quelques représentations inhabituelles. L’une d’elles est Mardochée se tenant dans une pièce avec une paroi recouverte de livres. Il est représenté comme un érudit, peut-être en train de méditer sur la tradition rabbinique qui nous informe de sa remarquable connaissance de septante langues, qui lui permet de découvrir le complot contre Assuérus. L’une des autres illustrations inhabituelles est la représentation de deux nains en train de danser et de jouer des instruments pour manifester leur joie de voir la délivrance des Juifs de la destruction. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, S24
Parchemin · 1 f. · 22.2 x 176 cm · Nord de l’Allemagne · vers 1750
Megillat Esther (מגילת אסתר) / Rouleau d’Esther

Cette megillah du XVIIIème siècle a été créée en Basse-Saxe et rappelle, par ce type d’art décoratif populaire et sa palette de couleurs, d’autres megillot de cette région. L’illustration la plus remarquable de ce rouleau est une représentation de la pendaison d’Haman, enchaîné et suspendu au gibet. Un serpent venimeux, symbole du mal, s’enroule autour du support. A ses pieds, un lion avec deux queues – allégorie du peuple hébreu- tient entre ses pattes un bouclier surmonté d'une couronne et assiste à l’exécution. Cette megillah de la Collection Braginsky est l’un des trois rouleaux semblables allemands à contenir des illustrations remarquables de la pendaison d’Haman. Des inscriptions sur les panneaux au début et à la fin de ce rouleau indiquent qu’il a été en possession de Berel, fils d’Abraham Neumark de Hambourg. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Schweizerisches Nationalmuseum, LM 26117
Parchemin · 314 ff. · 49 x 34.5 cm · St. Katharinenthal et Hochrhein · vers 1312
Graduel de St. Katharinenthal (Thurgovie)

Le graduel provient du couvent des dominicaines de Katharinenthal et représente l’une des plus importantes œuvres d’art d’époque gothique en Suisse. Réalisé vers 1312 dans le couvent même, il fut probablement décoré dans la région du lac de Constance. Il contient plus de 80 initiales filigranées, plus de 60 initiales enluminées historiées et 5 initiales I dont le corps se compose de plusieurs médaillons historiés. Des deux dernières initiales I, dont les médaillons ont été découpés et vendus séparément, l’on connaît quelques éléments aujourd’hui dispersés dans divers musées ou bibliothèques. En plus des initiales, sont représentées, dans les frises végétales, de nombreuses dominicaines agenouillées et orantes ou d’autres donateurs laïcs (par ex. 3v, 18v, 90r, 159v, 161r etc.). Jusqu’au XIXème siècle, il fut utilisé dans le couvent ; vers 1820, il fut cédé à un antiquaire de Constance, Franz Joseph Aloys Castell (1796-1844). Après 1860, il appartint à des collectionneurs anglais Sir William Amherst of Hackney et Sir Charles Dyson Perrins (1864-1958). A la mort de ce dernier, sa bibliothèque fut mise en vente par Sotheby et le manuscrit acquis par la Confédération suisse avec le soutien de la Fondation Gottfried Keller et du canton de Thurgovie. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Schweizerisches Nationalmuseum, LM 29329.1
Parchemin · 1 f. · 14 x 16.7 cm · St. Katharinenthal et Hochrhein · vers 1312
Fragment avec le Christ et Jean l’Evangéliste du graduel de St. Katharinenthal (Thurgovie)

Fragment provenant du f. 158a verso du graduel de St. Katharinenthal, extrait au XIXème siècle et dont les enluminures furent vendues séparément. Dans l’initiale A est représenté le Christ en train de bénir et Jean l’Evangéliste qui appuie sa tête sur ses genoux ; à leurs pieds un dominicain en prière est agenouillé et, dans la frise latérale, une dominicaine. Au-dessous de l’initiale (aujourd’hui à Zürich, Musée national suisse, LM 29329.2), il y avait un cadre dans lequel est peinte la Vierge de l’Apocalypse accompagnée de Jean l’Evangéliste, tandis que, sous deux arcades, deux dominicaines agenouillées prient. A l’origine figurait aussi sur le même folio une initiale V (aujourd’hui, à Vienne, Graphische Sammlung Albertina, Inv. Nr. 32434) avec une représentation très élaborée de la Maiestas Domini et du Jugement dernier. Le fragment appartient à la Confédération suisse, à la Fondation Gottfried Keller et au canton de Thurgovie. (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Schweizerisches Nationalmuseum, LM 29329.2
Parchemin · 1 f. · 11 x 8.5 cm · St. Katharinenthal et Hochrhein · vers 1312
Fragment avec la Vierge de l’Apocalypse et Jean l’Evangéliste du graduel de St. Katharinenthal (Thurgovie)

Fragment provenant du f. 158a verso du graduel de St. Katharinenthal, extrait au XIXème siècle et dont les enluminures furent vendues séparément. Il représente la Vierge de l’Apocalypse accompagnée de Jean l’Evangéliste, tandis que sous deux arcades, deux dominicaines agenouillées prient. Le cadre était placé sous une initiale A (aujourd’hui à Zürich, Musée national suisse, LM 29329.1) dans laquelle figurait le Christ en train de bénir et Jean l’Evangéliste qui appuie sa tête sur ses genoux ; à leurs pieds un dominicain en prière est agenouillé et, dans la frise latérale, une dominicaine. A l’origine figurait aussi sur le même folio une initiale V (aujourd’hui, à Vienne, Graphische Sammlung Albertina, Inv. Nr. 32434) avec une représentation très élaborée de la Maiestas Domini et du Jugement dernier. Le fragment appartient à la Confédération suisse, à la Fondation Gottfried Keller et au canton de Thurgovie.  (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Schweizerisches Nationalmuseum, LM 45751
Parchemin · 1 f. · ∅ 7 cm · St. Katharinenthal et Hochrhein · vers 1312
Fragment avec la crucifixion du graduel de St. Katharinenthal (Thurgovie)

Fragment avec une représentation de la crucifixion provenant d’une initiale I, composé de plusieurs médaillons, qui décorait le f. 87a du graduel de St. Katharinenthal. Au XIXème siècle, le folio fut extrait du graduel et les médaillons furent vendus séparément. Des 9 ou 10 médaillons qui constituaient à l’origine le corps de la lettre I, sont connus aujourd’hui, en plus de celui-ci, l’un avec la cène (Zürich, Musée national suisse, Inv. LM 71410), la capture du Christ (Nürenberg, Germanisches Nationalmuseum Museum, Inv. Mm. 34 kl), le Christ devant Pilate (Zürich, Musée national suisse, LM 55087), le couronnement d’épines (Frankfurt am Main, Städelsches Kunstinstitut, Inv. Nr. 15932), le transport de la croix (Frankfurt am Main, Städelsches Kunstinstitut, Inv. Nr. 14312) et la déposition de Jésus (Frankfurt am Main, Städelsches Kunstinstitut, Inv. Nr. 15933). Le fragment appartient à la Confédération suisse, à la Fondation Gottfried Keller et au canton de Thurgovie.  (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Schweizerisches Nationalmuseum, LM 55087
Parchemin · 1 f. · 7 x 7.4 cm · St. Katharinenthal et Hochrhein · vers 1312
Fragment avec le Christ devant Pilate du graduel de St. Katharinenthal (Thurgovie)

Fragment avec la représentation du Christ devant Pilate provenant d’une initiale I, composée de plusieurs médaillons, qui décorait le f. 87a du graduel de St. Katharinenthal. Au XIXème siècle, le folio fut extrait du graduel et les médaillons furent vendus séparément. Des 9 ou 10 médaillons qui constituaient à l’origine le corps de la lettre I, sont connus aujourd’hui, en plus de celui-ci, l’un avec la cène (Zürich, Musée national suisse, LM 71410), la capture du Christ (Nürenberg, Germanisches Nationalmuseum Museum, Inv. Mm. 34 kl), le couronnement d’épines (Frankfurt am Main, Städelsches Kunstinstitut, Inv. Nr. 15932), le transport de la croix (Frankfurt am Main, Städelsches Kunstinstitut, Inv. Nr. 14312), la crucifixion (Zürich, Musée national suisse, LM 45751) et la déposition de Jésus (Frankfurt am Main, Städelsches Kunstinstitut, Inv. Nr. 15933). Le fragment appartient à la Confédération suisse, à la Fondation Gottfried Keller et au canton de Thurgovie.  (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Schweizerisches Nationalmuseum, LM 71410
Parchemin · 1 f. · 7 x 7.4 cm · St. Katharinenthal et Hochrhein · vers 1312
Fragment avec la Cène du graduel St. Katharinenthal (Thurgovie)

Fragment avec la représentation de la cène provenant d’une initiale I, composée de plusieurs médaillons, qui décorait le f. 87a du graduel de St. Katharinenthal. Au XIXème siècle, le folio fut extrait du graduel et les médaillons furent vendus séparément. Des 9 ou 10 médaillons qui constituaient à l’origine le corps de la lettre I, sont connus aujourd’hui, en plus de celui-ci, l’un avec la capture du Christ (Nürenberg, Germanisches Nationalmuseum Museum, Inv. Mm. 34 kl), le Christ devant Pilate (Zürich, Musée national suisse, LM 55087), le couronnement d’épines (Frankfurt am Main, Städelsches Kunstinstitut, Inv. Nr. 15932), le transport de la croix (Frankfurt am Main, Städelsches Kunstinstitut, Inv. Nr. 14312), la crucifixion (Zürich, Musée national suisse, LM 45751) et la déposition de Jésus (Frankfurt am Main, Städelsches Kunstinstitut, Inv. Nr. 15933). Le fragment appartient à la Confédération suisse, à la Fondation Gottfried Keller et au canton de Thurgovie.  (ber)

En ligne depuis: 22.03.2017

Documents: 49