A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Sala, Pierre (1457-1529)

1 document trouvé
Mirador Ouvrir dans Mirador
Preview Page
Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 148
Papier · III + 220 + III ff. · 34.0 x 23.5 cm · France · XVIe siècle
Sala (Pierre), Tristan

En ligne depuis: 26.04.2007


  • Sala, Pierre: Tristan
  • Trouvé dans: Description standard (Vielliard Françoise, Manuscrits Français du Moyen Âge, Cologny-Genève, 1975, pp. 76-78. Avec une analyse des dessins à l’encre aquarellés par Chantal Verchere. )
  • Sala, Pierre: Tristan (Ff. 3r-220r)
  • Trouvé dans: Description standard (Vielliard Françoise, Manuscrits Français du Moyen Âge, Cologny-Genève, 1975, pp. 76-78. Avec une analyse des dessins à l’encre aquarellés par Chantal Verchere. )
  • Sala, Pierre: Prologue (Ff. 3r-220r)
  • Trouvé dans: Description standard (Vielliard Françoise, Manuscrits Français du Moyen Âge, Cologny-Genève, 1975, pp. 76-78. Avec une analyse des dessins à l’encre aquarellés par Chantal Verchere. )
  • Sala, Pierre: Texte (fol. 2v)
    Incipit: fol. 3r Que en ce temps, Tristant et la belle reyne Yseut estoient dedans Tintaget, ou ils demenoient leurs amours le plus clairement qu'ilz pouvoient, car le maulvays Andret avoit desja faict au roy Marc des raportz dont Tristan et la reyne se doulloient moult et luy en portoient moult grande hayne en leurs cueurs. Estant ainsi que je vous diz, print ung jour envye a Tristan d'aller ung petit à l'esbat; si commanda que son cheval luy fust apresté, ce qui fut tost (fol. 3v) fait; et il monte dessus sans prendre nulles armes, fors seullement son espee, et s'en yst hors de Tintagel et ne souffre que nul le suyve. Si se print a cheulcher parmy une moult belle plaine, pensant es parolles de Andret, qui touchoient mout grandement l'honneur de luy et de la royne, dont il disoit en luy mesmes qu'il en prendroit ung jour vengeance
    Explicit: fol. 220Messire Gauvein et Bertrand furent moult joyeulx de celle paix, et encores plus Lancelot qui veoit que son amy vivroit doresenevant en repos ; la Sage Dame et Bohors certes n'en eurent pas moings de joye. Dix jours dura entierement la feste pour ceste venue, ou il eust maintz passetemps. Lancelot, au chef de dix jours, demandda au roi Marc congé et a la royne Yseut et a son bon amy Tristan pour tourner vers le roy Artus, dont moult fort leur despleust a tous, et par exprés a Tristan, mais a souffrir leur convint car nul ne l'en osa desdire. Si se feit Lancelot armer et si feirent tous ses deux compaignons, messire Bohors et Bertrand, et feirent monter la Sage Dame; puys se meisrent en leur chemyn, tirant au royaume de Logres. Et Tristan demoura en Cornoaille. Et a tant d'eulx je me tayray et feray la fin de mes comptes, car au livre ou les ay pris je n'en treuve pas plus avant.
  • Trouvé dans: Description standard (Vielliard Françoise, Manuscrits Français du Moyen Âge, Cologny-Genève, 1975, pp. 76-78. Avec une analyse des dessins à l’encre aquarellés par Chantal Verchere. )
  • Bodmer, Martin (Possesseur précédent) | Sala, Pierre (Auteur)
  • Trouvé dans: Description standard (Vielliard Françoise, Manuscrits Français du Moyen Âge, Cologny-Genève, 1975, pp. 76-78. Avec une analyse des dessins à l'encre aquarellés par Chantal Verchere. )