Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 49
Creative Commons License

Vielliard Françoise, Manuscrits Français du Moyen Âge, Cologny-Genève, 1975, pp. 146-149.

Visione d'insiemeFacsimileCaricare PDFCaricare XMLStampare descrizione
Titolo del codice: Christine de Pisan: Epitre d'Othea
Datazione: Vers 1460
Supporto materiale: Parchemin
Dimensioni: I+ 150 + I feuillets
Formato: 280 x 200 mm
Composizione dei fascicoli:
N° d'ordre Feuillets Composition Réclame Observations
1 1-6 3-3 sans réclame Les feuillets 1 et 6 ont été recollés sur onglets de papier; le fol. 6 n'est pas à sa bonne place (les titres des chapitres qui y sont inscrits entrent dans la catégorie «Vertus»; de plus, au bas du fol. 5v°, on trouve: Fine la table). Il faut donc admettre qu'à l'origine le fol. 6 suivait le fol. 1, et qu'on avait ainsi 1 cahier de 2 feuillets, suivi d'un cahier de 4 feuillets.
2 7-14 4-4
3 15-22 4-4 »
4 23-30 4-4 »
5 31-36 3-3 »
6 37-46 5-5 »
7 47-54 4-4 »
8 55-62 4-4 »
9 63-70 4-4 »
10 71-78 4-4 »
11 79-86 4-4 »
12 87-94 4-4 »
13 95-102 4-4 »
14 103-110 4-4 »
15 111-118 4-4 »
16 119-126 4-4 sans réclame
17 127-134 4-4
18 135-142 4-4 »
19 143-150 4-4 sans
Disposizione della pagina: Justification: 150 x 105 mm. 1 colonne par page; 23 lignes par colonne. Réglure à l'encre.
Tipo di scrittura e mani: Ecriture bâtarde XVᵉ. Une seule main.
Decorazione:
Legatura: Reliure moderne dans le style de celles du XVᵉ siècle; demi-veau brun estampé à froid sur ais de bois à fermoirs.
Materiale addizionale: Feuillets de garde en parchemin ancien mais insérés lors de la restauration de la reliure et sans incidence sur l'histoire du manuscrit; on peut y lire notamment, au plat intérieur de la reliure (écriture bâtarde du XVᵉ siècle): Datum die penultima mensis Martii, anno domini millesimo quatrocentesimo decimo novo. clericus burgensis de Cossonay et au v° du dernier feuillet de garde: Datum Lausanne. die XIX mensis junii Domini millesimo quatrocentesimo vicesimo secundo. Le feuillet 151 est blanc.
Contenuto:
  • Ff. 1-150v Christine de Pisan: Epitre d'Othea Les cent chapitres se composent d'un texte en vers suivi d'une « glose » par laquelle l'auteur se réfère a un philosophe, puis d'une allégorie par laquelle elle fait référence à l'Ecriture sainte, comme elle le déclare au fol. 9v: Pour ramener a alegorie le propos de nostre matiere, applicquerons la sainte Escripture a noz diz; le chapitre se termine par une « autorité » qui est une moralité en latin suivie de sa traduction en français.
    fol. 1 La table de ce livre demonstre le nombre des chappitres dont on vouldra lire. Si est la premiere partie de ceste de exhortacions espiritueles. Et theos en grec est autant a dire en françois comme ' Dieu ', et logos, ' sermo '; dont theologie est a dire ' sermon de Dieu '.
    • (fol. 7r) Texte
      Othea, deesse de prudence,
      Qui adresse les bons en vaillance,
      A toy, Hector, noble prince puissant,
      Qui en armes es adez flourissant,
      Filz de Mars, le dieu de bataille,
      Qui les fais d'armes livre et taille,
      (fol. 7v) Et de Minerve la desse
      Puissant, qui d'armes est maistresse,
      Successeur des nobles Troyens,
      Hoir de Troye et des citoyens,
      Salutacion devant mise
      Avec vray amour sans faintise.
      Et comme je soye desiderant
      Ton grant preu que je voy querant,
      Et que augmentee et preservee
      Soit en tous temps et observee
      Ta vaillance et haulte prouesse,
      Adez en ta prime jeunesse
      Par mon epistre admonnester
      Te vueil et dire et enhorter
      Les chosez qui te sont necessaires,
      A haulte vaillance contraires,
      A l'opposite de prouesse,
      Affin que ton bon cuer s'adresse
      A acquerir par bonne escole
      Le cheval qui par l'air s'envole,
      C'est Pegasus le renommé,
      Qui de tous vaillans est amé
    • (fol. 8v) Glose Othea, selon grec, puet estre prise pour sagesse de femme. Et comme les anciens, non ayans ancores lumiere de foy, aourassent plusieurs dieux, soubz laquelle foy soient passez les plus haultes seignouries qui ou monde ayent esté, comme le royaume d'Assire, de Perse, les Gregois, les Troyens, Alexandre, les Rommains et plusieurs aultres, et mesmement tous les plus grans philosophes, comme Dieu n'eust ancoires ouverte la porte de sa misericorde, a present nous crestiens, par la grace de Dieu enluminez de vray foy, povons ramener a moralité les oppinions des anciens, et sur ce, maintes belles allegories pevent estre [fol. 9 ] faictes. Et comme iceulx eussent coustume de toutes chosez aourer que oultre le commun cours des choses eussent perogative d'aucune grace, plusieurs dames sages qui furent en leur temps appellerent deesses
    • (fol. 148v) Texte
      Le centiesme texte [Rubr.]
      Cent auctoritez t'ay escriptez,
      Si ne soient de toy despitez
      Car Augustus de femme aprist
      Qui d'estre aouré le reprist.
    • (fol. 149v) Allégorie
      De cecy dist saint Hue de Sainct Victor en un livre de Discalicon que le sage homme oyt voulentiers de tous et aprent volentiers de chascun et list volentiers toutes manieres d'enseignemens; il ne despite mie la personne, il ne despite point l'escripture, il ne despite point la doctrine, ains quiert indifferamment par tout dont il deffaut [fol. 150 ] il ne considere point qui c'est qui parle mais que c'est qui dist, il ne prent point garde combien il mesmez scet, mais combien il ne scet. A ce propos dist le sage ou IIIe chappitre du Livre ecclesiastique: Auctorité Auris bona audiet cum omni concupiscencia sapienciam [Eccli, III, 31]. C'est à dire: La bonne oreille orra sapience avec toute convoitise.
      Explicit.
Origine del manoscritto: Manuscrit exécuté pour Antoine, Grand Bâtard de Bourgogne (1421-1504) dont le blason figure au fol. 7, et la devise « Nul ne s'i frote, Ob de Bourgogne » au fol. 150.
Provenienza del manoscritto:
Acquisizione del manoscritto: Acquis par Martin Bodmer à la vente Sotheby, 17 juillet 1950, n° 30 du catalogue.
Bibliografia:
HomeInformazioniNewsContattiTutela dei dati© 2013 e-codices